Analyse comparative de la transmission de cinq virus dans des populations de chats domestiques (Felis catus L. )

par Emmanuelle Fromont

Thèse de doctorat en Sciences. Biométrie et épidémiologie

Sous la direction de Dominique Pontier.

Soutenue en 1997

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Dominique Pontier.


  • Résumé

    La relation entre une population de parasites et une population d'hotes ne depend pas uniquement des especes en cause. On cherche ici l'influence respective de la population hote et de la transmission parasitaire sur la dynamique de cinq infections virales du chat domestique (felis catus). L'interet des populations de chats est que leurs structures spatiale, sociale et genetique varient en fonction du milieu. Les cinq virus etudies sont le virus d'immunodeficience feline vif, le virus leucemogene felin vlf, l'herpesvirus felin hvf, le calicivirus felin cvf et le parvovirus felin pvf. Leur dynamique est etudiee pendant deux a six annees de suivi dans cinq populations. L'analyse des donnees fait appel a des methodes ecologiques et epidemiologiques. La dynamique du vlf est approfondie par la construction de plusieurs modeles compartimentaux. Le pvf, qui a essentiellement une transmission indirecte, est influence par la densite des chats. La circulation des autres virus depend de la structure sociale : l'effectif du groupe social (vlf, hvf) et l'existence de relations amicales (vlf) ou agressives (vif) frequentes. Le vlf a egalement une persistance inconstante. L'etude sur le terrain et la modelisation suggerent que l'extinction de cette infection est liee a la fragmentation spatiale et a la dynamique de la population. Ces resultats montrent que la dynamique et la structure spatiale et sociale de la population hote constituent des barrieres a la transmission parasitaire, dont l'efficacite varie selon les parasites. En consequence les virus peuvent influencer certains aspects de la socialite du chat : la repartition spatiale (pvf), l'effectif du groupe social (vlf, hvf) et l'existence de relations amicales ou agressives (vif, vlf). Ces resultats doivent etre appliques a la gestion des populations naturelles. La gestion des problemes parasitaires ne peut pas suivre un modele general mais doit prendre en compte les modalites de transmission des parasites en cause.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (139 p.)
  • Annexes : Bibliogr. non paginée [23] p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.