Approches expérimentales de la nutrition du chataignier : Influence d'apports nutritifs sur la croissance des plants, sur la distribution des éléments minéraux dans les organes et sur les caractéristiques générales des pectines, chez de jeunes arbres cultivés sous serre

par Alban Laroche

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire végétale et valorisation des espèces ligneuses

Sous la direction de Les Frères Morvan.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Repute pour sa capacite a croitre sur des sols acides et pauvres, le chataignier presente un meilleur developpement lorsque le terrain ou il est implante est naturellement plus riche ou artificiellement ameliore par des amendements ou des fertilisations. La derniere proposition est demontree par cette etude qui a ete realisee en cultivant de jeunes arbres en conditions semi-controlees, pendant trois ans, sur l'horizon c d'un sol brun oligotrophe, diversement enrichi. En effet, la croissance des plants et leur contenu mineral sont fortement influences par les apports, ce des les premiers mois de culture. Sur un sol pauvre, le chataignier s'est avere capable de se developper pendant toute la duree de l'experimentation. Comparativement aux observations effectuees lorsque les arbres beneficient d'un apport complet en macro- et oligoelements, la croissance des sujets non traites reste faible et des modifications apparaissent dans la distribution des cations divalents : diminution du calcium et du magnesium et augmentation du manganese. De telles differences dans la mobilisation des elements mineraux traduisent les difficultes nutritionnelles que connaissent les arbres en l'absence de traitement. Cette situation se reproduit au niveau des caracteristiques des pectines, constituants majeurs de la paroi et acteurs reconnus de la cohesion intercellulaire : trois fois plus de quantites extraites, augmentation des rapports molaires entre les constituants des chaines principales pectiques (acide galacturonique/rhamnose) et taux de methylesterification des acides galacturoniques plus faibles. L'apport d'elements mineraux influencerait donc la structure cohesive de la paroi soit en augmentant la teneur en calcium dans l'apoplasme, soit en modifiant la structure des pectines. Il s'agit peut-etre d'un moyen pour contrecarrer l'expression de la roulure chez le chataignier.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 188 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Sciences et Techniques). Service Commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Montpellier. Bibliothèque du LMGC.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH-LAR-97
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.