Cosmochimie des elements legers (H, C, & Li-Be-B) : étude par sonde ionique des chondres des météorites

par Pascal Hanon

Thèse de doctorat en Géosciences et matières premières

Sous la direction de Marc Chaussidon.


  • Résumé

    Les chondrites sont des météorites formées il y a 4,55 Ga, avant les planétoïdes du système solaire. Les chondres, billes silicatées composées d'olivines, de pyroxènes, et de verre, sont leurs constituants essentiels. Les hétérogénéités chimiques et isotopiques importantes existant entre les chondres suggèrent le scenario actuel de leur origine : fusion rapide à 1500-1900k, en apesanteur dans l'H moléculaire, de précurseurs solides, et cristallisation partielle en moins d'une heure. Le but de cette thèse était de mesurer par sonde ionique (Cameca ims3f) (1) les teneurs en H, C et (2) en Li-Be-B dans 20 chondres, afin (1) d'étudier à l'échelle du chondre la réduction des silicates et la création de fer métallique, qui ont eu un rôle dans la formation des noyaux des planètes telluriques, et (2) d'étudier la nature et le degré de préservation des solides précurseurs. Questions entre elles complémentaires et de nature à reconstituer l'histoire de la matière planétaire en accrétion. Les teneurs en ces éléments des chondres varient de 100 à 1500 ppm H2O, de 100 à 3900 ppm C, de 0. 2 à 2. 6 ppm Li, de 0. 03 ) 0. 23 ppm Be, et de 0. 01 à 4. 6 ppm B. Sur la base de leur composition minéralogique, les chondres ont été classé en types i (réduits) et types ii (oxydes). Seules les teneurs en C (non soluble dans les silicates), sont reliées à l'état d'oxydation des chondres (5 fois plus de C dans les chondres réduits que dans les chondres oxydes). Des grains précurseurs de C, ont du contrôler la réduction des silicates, plutôt que l'H moléculaire. La nucléosynthèse interstellaire du Li-Be-B conduit à une gamme connue (et calculée) de leurs rapports d'abondance, que les variations des rapports B/Be et B/Li dépassent, contrairement aux rapports Li/Be. Le B a été chimiquement plus mobilise que le Li et le Be. Le rôle du C dans les processus de réduction, contemporains de l'accrétion planétaire, est premier. Les rapports Li/Be des chondres confirment les calculs théoriques.

  • Titre traduit

    Cosmochemistry of light elements (H, C, & Li-Be-B) : ion probe study of meteoritic chondrules


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (219 p.)
  • Annexes : 137 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.