Le marché dans la pensée économique soviétique réformatrice, 1953-1991

par Agnès Henn

Thèse de doctorat en Études slaves. Civilisation russe

Sous la direction de Georges Sokoloff.

Soutenue en 1997

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Cette thèse vise à éclaircir la problématique du socialisme en tant qu'alternative au capitalisme à travers l'étude de la pensée économique soviétique réformatrice. Son objet principal est constitué par l'examen de l'évolution de l'attitude des économistes soviétiques envers le concept de marché depuis la mort de Staline. La première partie décrit le processus de déstalinisation à travers l'émergence de l'école d'économie mathématique. Selon un point de vue courant, cette école abandonna le marxisme et contruisit un pont intellectuel entre l'État et l'Ouest en adoptant la théorie néo-classique. Le tort de cette interprétation est d'ignorer les points communs entre le marxisme et le paradigme walrasien. Le second chapitre porte sur l'évolution de l'économie politique du socialisme. En dépit des modifications apportées au contenu de cette discipline, de nombreuses confusions sur le marché, la monnaie et la loi de la valeur s'y sont maintenues. Elles étaient étroitement liées à l'impossibilité non déclarée d'établir une société communiste. Seuls deux économistes tentèrent au cours des années 60, d'élaborer un discours plus réaliste. Leur musellement retarda durablement la mise en place de réforme cohérente. La troisième partie concerne exclusivement les années 80. L'échec de la perestroïka est expliqué par le maintien persistant des vieilles confusions sur le fonctionnement du marché. La crise économique en résultant suscita l'apparition d'un courant radical en faveur du marché. Ses motivations politiques primèrent largement sur la réflexion économique, laquelle restait confuse. Seuls quelques auteurs approfondirent la problématique économique du socialisme, en insistant sur la sphère monétaire.

  • Titre traduit

    ˜The œMarket in the soviet economic thought, 1953-1991


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to make a contribution to the study of socialism as an economic alternative to capitalism by examining the soviet economic reformist thought. This thesis concentrates on the central issue of the evolution of the soviet economist's attitude to the market since Stalin's death. He first chapter describes the destalinisation process through the emergence of the mathematical school in economics. According to the standard account, this school gave up Marxism and built a bridge between East and West by adopting neoclassical theory. I argued that this standard account is flawed by ignoring the common points between marxist theory and neoclassical school. The second chapter describes the evolution of political economy of socialism. It outlines that this theory contained many confusions about market, money and law of value, connected with the impossibility of establishing a communist society. Only two economists challenged this inadequate understanding in the sixties, but have been severely criticized for it. The stop of the radical thought enormously delayed the implementation of coherent reform. The last chapter concerns with the eighties. It shows that perestroïka failed because its conception retained the old confusions about market and money. It presents the rise of free-market thought in Russia and clarifies its nature. Many economists, boasting today about being free-marketers, took at the end of the eighties cautious, or over-simplified, or sometimes wrong positions on market. Ignorance of the western world and political motivations acted an important part in opposition to socialism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (470 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 434-464

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.143
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.143
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.