Itinéraire intellectuel et politique de Pierre Brossolette

par Guillaume Piketty

Thèse de doctorat en Histoire du XXe siècle

Sous la direction de Jean-Pierre Azéma.

Soutenue en 1997

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Issu d'une famille fervente républicaine, brillant élève puis étudiant, Pierre Brossolette fut recu cacique général à l'ENS. En 1922, puis deuxième à l'agrégation d'histoire en 1925. Devenu journaliste à sa sortie de l'Ecole normale, il se spécialisa dans les sujets de relations internationales, dénonca, dès 1927, le fascisme mussolinien, montra le danger nazi au long des années trente, et fit partie des antimunichois farouches. Devenu socialiste à la fin des années vingt, proche de Léon Blum, il fut membre fondateur, en février 1939, de la tendance agir des antimunichois de la SFIO. Il rejoignit le "groupe du Musée de l'homme" au cours de l'hiver 1940-1941. Devenu "chef de la section presse et propagande" de la CND du Colonel Rémy à la fin de l'année 1941, il acheva, durant l'hiver 1941-1942, de tisser les réseaux qui firent de lui l'un des meilleurs connaisseurs de la résistance de zone nord. Il séjourna à Londres du 28 avril au 3 juin 1942 et s'engagea sous la bannière gaulliste. Durant l'été suivant, il effectua une première mission en France pour travailler à l'oeuvre de ralliement à la France combattante de personnalités politiques "représentatives". Devenu chef du bloc opérations du BCRA, il travailla de Londres au développement des relations entre les résistances intérieure et extérieure. De la fin janvier à la mi-avril 1943, il consacra sa deuxième mission en France à coordonner la résistance de zone nord et mit sur pieds le comité de coordination de ladite zone. A la mi-septembre 1943, il repartit en mission pour contribuer à colmater les brèches ouvertes dans l'organisation militaire et civile de la résistance par les arrestations du printemps, et préparer les modalités de la rénovation de la presse et de la radio à la Libération. Il tenta de quitter la France par voie maritime en février 1944. Arrêté, finalement reconnu, torture pendant deux jours et demi, il se suicida le 22 mars 1944.

  • Titre traduit

    Pierre Brossolette's intellectual and political itinerary


  • Résumé

    Brought up in a family of staunch believers in the French Republic, brilliant student, Pierre Brossolette was the valedictorian of the ENS in 1922, and then second in the history agregation in 1925. He became a journalist right after his graduation and specialized in international relations, denouncing Mussolinian fascism as of 1927, showing the nazi danger in the 1930s, and being one of the bitterest anti-Munich foes. A socialist in the late 1920s, close to Leon Blum, he was a founding member of the agir (act) wing of the SFIO anti-munichers. He joined the "groupe du Musee de l'homme" in the winter of 1940-1941. And at the end of 1941 he was head of the press and propaganda section of Colonel Remy's cnd when he succeeded in weaving networks that made him one of the best experts of the north zone resistance during the 1941-1942 winter. He was in London from April 28 to June 3 and enrolled under the Gaullist banner. The next summer he carried out his first mission in France, getting "representative" political personalities to rally to fighting France. When he became head of the bloc operations of the BCRA, he was working out of London on relations within the resistance between the interior and exterior groups. From mid-January to mid-April 1943 was his second mission in France, coordinating the north zone resistance and setting up the coordination committee for that zone. Mid-September 1943 he left on a mission to contribute to plugging up the holes in the resistance military and civil organization caused by the spring arrests and to prepare for the renovation of the radio and press at Liberation. He tried to leave France by sea in February 1944. Arrested, finally recognized, and tortured for two and a half days, he committed suicide on March 22, 1944.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1196 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2314
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FNSP 4 Coll 3656 375 (1-2)
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 15958
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.