L'évolution de la pensée de Simone Weil sur le rôle du travail dans la vie de l'individu et dans celle de la société

par Robert Chenavier

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de François Heidsieck.

Soutenue en 1997

à Grenoble 2 .


  • Résumé

    Le travail occupe le centre de l'analyse philosophique, chez simone weil, depuis ses premiers essais, rediges alors qu'elle etait eleve d'alain, jusqu'aux derniers ecrits spirituels. Prolongeant les analyses de "l'ecole francaise de la perception", simone weil developpe l'idee que la perception vraie - celle qui permet de faire l'epreuve de la necessite a travers les impressions - est le travail. Cette perspective philosophique - nourrie de descartes et de marx, interlocuteurs a la fois convoques et critiques - est reprise a chaque etape de la pensee weilienne, dans des textes plus militants ou dans des ecrits de reflexion politique, pour montrer que, quel que soit le nom qu'on lui donne - democratie, socialisme, "civilisation fondee sur la spiritualite du travail" - le travail constitue le centre de toute conception d'un ordre social souhaitable. La notion de travail permet de relier les differentes etapes de la philosophie de l'auteur, le franchissement d'un seuil, a plusieurs reprises, n'impliquant de sa part ni rupture ni reniement. Il s'agit toujours de perfectionner la methode de lecture, afin de prendre contact avec les differents niveaux de la realite, saisis dans leur verite. En explorant d'une maniere platonicienne les niveaux de l'etre et les degres de connaissance, simone weil presente le travail comme ce qui permet de faire l'epreuve de la veritable articulation entre liberte et necessite, du consentement a la necessite, du malheur et de la beaute du monde. En faisant un bon usage de ces epreuves, on peut atteindre le domaine de la realite surnaturelle. Par la voie de l'analogie et du symbole, realises dans les metiers, le travailleur serait le mieux place pour atteindre la forme superieure de l'attention intuitive, et pour renouer le pacte de l'esprit avec l'univers, pris comme "metaphore reelle" dont dieu serait le supreme poete.


  • Résumé

    Work has been at the core of simone weil's philosophical analysis, from her first essays, written when she was a pupil of alain, down to her last spiritual works. While carrying on with the analysis of "the french school of perception", simone weil develops the idea that real perception - the one that enables one to test necessity through impressions - is work. This philosophical prospect - nurtured by descartes and marx, interlocutors both summoned and criticized - is taken up at every stage of the weilian philosophy, in more committed texts or political works, in order to show that, whatever name it is given - democracy, socialism, "civilization founded on the spirituality of work" - work is the core of all conception of a desirable social order. The notion of work makes it possible to connect the different stages of the author's philosophy, for crossing a threshold, in several occasions, implies neither discontinuance nor denial from her. What always matters is to improve the method of reading, in order to get in touch with the different levels of reality, apprehended in their true identity. While exploring in a platonician manner the levels of the being and the degrees of knowledge, simone weil presents work as what enables one to test the real articulation between liberty and necessity, the consent to necessity, the world's unhappiness and beauty. By making good use of these tests, the field of supernatural reality can be attained. Through analogy and symbol, achieved in the crafts, the workman would be in the best position to reach the superior form of intuitive attention and to renew the pact between the mind and the universe, taken as "true metaphor" whose supreme poet would be god.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par les Éd. du Cerf à Paris

Simone Weil, une philosophie du travail


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (936 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 205143/1997/42/1-3
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par les Éd. du Cerf à Paris

Informations

  • Sous le titre : Simone Weil, une philosophie du travail
  • Dans la collection : ˜La œNuit surveillée , 0298-315X
  • Détails : 1 vol. (723 p.)
  • ISBN : 2-204-06623-0
  • Annexes : Bibliogr. des oeuvres de Simone Weil p. [645]-659. Bibliogr. générale p. 659-696. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.