Etudes d'étymologie graphique chinoise à la lumière de données comparatives

par Chrystelle Maréchal

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Shun-chiu Yau.

Soutenue en 1997

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    L'objectif principal de cette etude est de revoir l'etymologie d'un certain nombre d'ideo-pictogrammes archaiques dans le cadre de l'approche graphique. Selon nous, bon nombre d'etymologies chinoises sont faussees en raison du prejuge phonetique, dans le sens ou un composant iconique peut se voir attribuer une valeur purement phonetique sans que l'on prenne simultanement en consideration sa fonction semantique. Etant donne l'inconvenient des analyses traditionnelles, nous attirons l'attention sur la motivation semantique dans la creation graphique et sur l'importance de l'identification du referent-objet de ce que l'on a coutume d'appeler l'indicateur phonique. Notre approche s'est averee pertinente puisqu'elle a permis de reveler des faits nouveaux a propos de l'origine de certains des caracteres traites. Cette these est divisee en 3 parties. Dans la partie i, nous remettons en cause l'analyse traditionnelle de la formation d'ideo-phonogrammes tels que yuan "source", tou "tete" et shi "temps" et proposons nos propres interpretations en nous appuyant sur des donnees chinoises et indo-europeennes. Dans la partie ii, nous presentons 2 groupes d'ideo-pictogrammes dont les etymologiesgraphiques sont controversees. Dans le premier groupe, nous abordons des termes se rapportant a des detenteurs de pouvoir celeste et terrestre : shen "dieu", di "souverain du ciel", huang "empereur", wang "roi" et zu "ancetre (masculin)". Le second groupe concerne la paire apparentee fang "region, carre" et pang "cote" ; le point important dans cette controverse est l'identification du referent-objet commun a ces deux graphies apparentees, une beche. La partie iii est consacree a la ramification graphique survenue lors de l'explosion lexicale qui, bien documentee dans le premier dictionnaire etymologique, le shuowen jiezi, a eu lieu au debut de notre ere. Des dizaines de caracteres classes sous 3 radicaux, si "soie", zhu "bambou" et bel "cauris", sont etudies. Il a ete montre que l'on pouvait extraire d'interessantes informations sur le plan financier et socioculturel par la voie graphique et que les resultats etaient directement lies a l'etude de la semantique historique.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par Atelier national de reproduction des thèses à Paris

Etudes d'étymologie graphique chinoise à la lumière de données comparatives


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (328 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?