Morphogenese et systemes sexuels chez les isolats du genre armillaria d'afrique tropicale

par SOLANGE ABOMO NDONGO

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Jean-Jacques Guillaumin.

Soutenue en 1997

à Clermont-Ferrand 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le travail a porte sur une soixantaine d'isolats armillaria (basidiomycete phytopathogene) originaires de 15 pays d'afrique tropicale et responsables du pourridie-agaric sur diverses plantes ligneuses. Nous avions deux objectifs principaux : 1) preciser la taxonomie des armillaires africaines. L'etude taxonomique a fait appel a differentes methodes : utilisation de la compatibilite somatique, etudes morphologiques et morphogenetiques (rhizomorphogenese, carpogenese, morphologie des thalles in vitro), etude des reaction des isolats a la temperature. 2) etudier les phenomenes sexuels et etablir le cycle caryologique des entites taxonomiques mises en evidence dans la premiere partie. Nous sommes parvenue a une classification des isolats en quatre groupes, dont deux correspondent a des especes deja decrites et deux pourraient etre des especes nouvelles. Le systeme sexuel a pu etre determine seulement pour les deux especes principale : #* a heimii comprend a la fois des isolats homothalliques et d'autres heterothalliques bipolaires, ce dernier systeme sexuel etant jusqu'ici inconnu chez les armillaires. L'heterothallisme bipolaire chez l'espece a. Heimii est accompagne d'allelomorphie multiple sur l'unique locus a d'incompatibilite sexuelle. Le phenomene de buller a ete mis en evidence chez a. Heimii, les haplontes des isolats heterothalliques peuvent egalement etre diploidises par des diplontes homothalliques, ce qui confirme l'unicite de l'espece. Les evenements a l'origine de ce phenomene sont plus frequemment lies au remplacement des noyaux de l'haplonte par ceux du diplonte compatible, plus rarement a des recombinaisons entre les noyaux de l'haplonte et du diplonte. #* a. Mellea a montre de nombreuses similitudes avec la meme espece rencontree en zone temperee. La principale difference dans le fait que l'espece africaine est homothallique alors l'espece europeenne est heterothallique tetrapolaire. A. Mellea d'afrique et d'europe ont ete considerees comme deux sous-especes. Deux types de cycle caryologique ont pu etre proposes : un cycle diplobiontique chez les epseces a. Mellea et quelques isolats de l'espece a. Heimii et un cycle haplo-diplobiontique chez certains isolats de l'espece a. Heimii heterothalliques bipolaires correspondant au cycle realise chez les especes europeennes a. Mellea sensustricto (in natura et in vitro) et a. Ostoyae in vitro.

  • Titre traduit

    Morphogenesis and sexual systems on tropical african isolates of armillaria genus


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 218 P.
  • Annexes : 199 REF.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne (Aubière). Bibliothèque Sciences, Technologies et Staps.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.