Lieux et objets sacrés Bamana de la région de Segu (Mali)

par Catherine Barrière

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Jeanne-Françoise Vincent.

Soutenue en 1997

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Résumé

    Cette recherche porte sur l'évolution des croyances et des pratiques religieuses des Bamana. Elle est fondée sur une étude comparative menée dans 64 villages sélectionnés dans un rayon de 30 km autour de Ségu. Construite sur 3 axes principaux, elle établit un bilan de l'état actuel des lieux sacrés Bamana, étudiant ainsi les transformations du paysage villageois et invitant à une réflexion sur la construction religieuse du territoire. En 2d lieu, des descriptions d'objets puissants traditionnellement employés à des fins guerrières, cynégétiques, magiques ou protectrices ainsi que des enquêtes sur les conditions de leur utilisation permettent de saisir les permanences et les changements de l'organisation sociale et religieuse. Enfin, des entretiens ont été conduits auprès des personnages (forgerons, devins, marabouts, chasseurs) exerçant un rôle religieux ou agissant comme praticiens spécialisés dans la médiation des relations interindividuelles. Ces derniers développent alors une relation de clientèle et délivrent des charmes ou objets magiques dont les effets attendus s'orientent principalement autour de l'agression et de la protection. L'observation de changements importants dans le paysage villageois dorénavant marqué par la quasi-disparition des bosquets sacrés ayant abrité des génies ou protégé des objets puissants et par l'implantation de nombreuses mosquées, n'est pourtant pas le signe d'une acculturation radicale. En effet, bien que le calendrier des activités rituelles se soit évidé de la plupart des temps réservés aux sacrifices, l'écoute attentive du discours des Bamana a permis de saisir le développement important des pratiques de puissances articulées autour de supports très différents. Les supports traditionnels comme les boli ont été enterrés, mais de nouveaux objets sont apparus. Les praticiens, fort variés, puisent dans des registres différents les matériaux de leur arsenal de guerre interindividuelle. Enfin, l'omniprésence de ces pratiques de puissance révèle un climat social très tendu bien que feutré puisque tout se joue dans le champ de l'invisible, basé sur le développement de conduites individualistes constituant le terreau de la sorcellerie et de la magie maléfique

  • Titre traduit

    Bamana sacred places and objects in Segu region (Mali) marks into transformation for identity in reconstruction


  • Résumé

    The subject of this research is "the evolution of bamana religious beliefs and practices". A comparative approach was taken, based on date gathered from 64 villages within a 30 km. Radius of segu. There were three primary lines of inquiry: assessment of the current status of bamana sacred places; description of traditional ways in which powerful objects were used for warfare, magic, or protection; and an analysis of current practices in relation to traditional ones in order to assess processes of continuity and change in bamana social organization. Interviews were conducted with a range of magico-religious practitioners, including blacksmiths, fortune-tellers, marabouts, and hunters, who either fulfill religious roles or who act as specialists in the mediation of individual relations. The latter provide their clientele with charms or magical objects for purposes of aggression or protection. While my findings reveal significant changes in village society-evinced for instance by the virtual dissappearance of sacred, genie-sheltering groves, the protection of powerful objects, and the construction of numerous mosques-such changes nevertheless do not suggest a radical acculturation. Ineed, even though sacrificial rituals have dissapeared from the ritual calendar, careful attention to bamana discourses has allowed me to understand that certain traditional practices remain while new practices have developed around very different sources: the boli have been burried, but new objects have appeared. Practitioners take materials from various sources for their purposes. Finally, the daily existence of these powerful rites, played out in an invisible realm, reveals an extremely tense social climate, shatter the myth of african solidarity and betray the development of based on the development of individualistic behaviors which constitute the backbone of witchcraft and of black magic

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (675, 163 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 630-662. Notes bibliogr. Lexique. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 1590
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.