Ces voix qui se sont tues. . : le roman féminin de 1794 à 1830

par Brigitte Louichon

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Yves Vadé.

Soutenue en 1997

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Entre 1794 et 1830, de nombreuses romancieres prirent la plume et obtinrent un succes consequent. Nous nous interrogeons sur le sens de ce phenomene litteraire a partir d'un corpus de vingt-trois romans ecrits par sept romancieres. Mmes de genlis de souza, de krudener, de stael, cottin, gay et de duras. La premiere partie vise a reconstruire l'univers socio-litteraire au sein duquel elles evoluent. Pour ce faire, nous utilisons des documents pour la plupart inedits. Nous montrons que cette litterature n'est pas une paralitterature, elle s'inscrit bien dans le champ litteraire. Mais la parole romanesque feminine est fortement contrainte et circonscrite au roman sentimental. Dans la deuxieme partie, nous proposons une description organisee de cette litterature. Dans la troisieme partie, nousnous proposons de considerer l'ensemble des romans etudies comme un corpus a partir duquel on s'interroge sur le sens que le lectorat de l'epoque pouvait conferer a ces textes. Cette partie propose une etude des formes romanesques, des intrigues, des personnages, du cadre spatio-temporel, de la perception de l'histoire et tout particulierement des evenements revolutionnaires, du langage mis en oeuvre dans les textes. Enfin, nous nous posons la question de savoir de quelle maniere ces textes sont rousseauistes. Pour finir, nous tentons de mettre en evidence la filiation avec le conte en vogue au xviiieme siecle. En conclusion, nous nous proposons de redefinir les enjeux que mme de stael attribuait au genre romanesque. Quant au succes aussi rapide que fugitif des romans feminins de cette epoque, il nous semble tenir au contexte historique. Cette litterature participe d'une quete de sens et, dans le meme temps, propose des echos thematiques et stylistiques de la violence des temps. Enfin a partir de quelques exemples, nous montrons comment la connaissance d'oeuvres oubliees et mineures peut contribuer a nourrir une "sociocritique des totalites".


  • Résumé

    Between 1794 and 1830, a number of women became writers with consistent success. We analyse the meaning of this literary phenomenon from a panel of twenty-three novels, written by seven women writers: mmes de genlis, de souza, de krudener, de stael, cottin, gay and de duras. In the first part, we reconstruct their social and literary environment. In so doing, we use a number of documents, most of them unpublished yet. We show that this literature is not some kind of paraliterature but has its full place in the literary field. But women writers fiction is strongly contained and limited to the sentimental novel. The second part is an organised description of this literature. In the third part, we consider the whole of the studied novels as a corpus from which to analyse the meaning given to these texts by the readers of the time. This part offers a study of the techniques of the novels, plots, caracters, space-time outline,perception of history, particulary the revolutionary events and language used in the texts. We,then,try and find out to what extent these texts are 'rousseauist". Finally is an attempt to reveal its relationship with the tale, a genre in vogue in the 18th century. As a conclusion, we try and redefine the stakes attributed by mme de stael to the novel. As for the succes, as quick as it was ephemeral, of these novels, it seems to us due to the historical background. This literature partakes of a quest for meaning, putting forward, at the same time, thematic and stylistic echos of the violence of the times. At last, taking a few examples, we point out how the knowledge of some minor, forgotten works can contribute to feed a "sociocritique des totalites".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (677 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux (Bordeaux, Gironde). Direction de la documentation. Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education d'Aquitaine.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 809.3 LOU

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.