Vladimir Vernadski (1863-1945) et l'unité du vivant : de la matière inorganique à la biosphère et à la noosphère

par Lidia Allalcha

Thèse de doctorat en Études slaves

Sous la direction de Jacqueline de Proyart.

Soutenue en 1997

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    De nos jours il devient evident que l'action exercee par l'homme dans la biosphere depasse largement les connaissances scientifiques des processus naturels qui se deroulent dans les differents ecosystemes de notre planete. Cette these cherche a faire connaitre au public francais la vie et les orientations majeures de l'oeuvre d'un savant et penseur russe vladimir ivanovitch vernadski (1863-1945) qui a consacre pres de 60 ans de sa carriere scientifique a la recherche dans differents domaines, tels que : mineralogie, cristallographie, geochimie, biogeochimie, radiogeologie, meteorologie, histoire des sciences. Il a aussi aborde des questions de philosophie et de sociologie. A partir de 1916 vernadski etudie l'interaction des organismes vivants consideres comme un tout avec le monde inorganique du point de vue biogeochimique. Cette approche originale des processus naturels qui se deroulent a la surface de notre planete lui permet d'enrichir le concept de la biosphere introduit dans les sciences naturelles par jean-baptist lamarck en 1802. Vernadski a aussi repense la place et le role de l'homme dans la biosphere et vers la fin des annees trente a elabore une theorie rationnelle de la noosphere, nouvelle etape dans l'evolution de la biosphere.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (318 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 305-313

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.