Modalites de resistance de la souris balb/c vis a vis de chlamydia psittaci

par MATHILDE POUSSIN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Jeanne Orfila.

Soutenue en 1997

à Amiens .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les chlamydiae sont des bacteries a multiplication intracellulaire obligatoire qui comprennent 4 especes : c. Trachomatis et c. Pneumoniae, qui infectent presque exclusivement l'etre humain, mais aussi c. Psittaci et c. Pecorum, qui touchent principalement les animaux. C. Psittaci est l'espece qui a la plus large gamme d'hotes. La souris balb/c fait partie des races de souris naturellement sensibles a la souche loth de c. Psittaci, qui est une souche d'origine aviaire. Les souris meurent 3 a 10 jours apres l'inoculation. L'injection prealable de la souche d'origine mammalienne a/22 suscite la protection des souris quand elles sont inoculees ensuite avec la souche loth. La protection ne peut etre conferee par le transfert de serum de souris immunisees mais elle peut l'etre par le transfert de cellules monoculeees, et en particulier de lt cd4#+, ce qui nous a conduit a nous interroger sur la nature de la sous-population cd4 la plus impliquee. Chez les souris immunisees en cours de guerison, le profil de production de cytokines des lt est essentiellement de type th1. Chez les souris non immunisees en train de mourir, les messagers produits sont preferentiellement ceux qui correspondent a une reponse de type th2. Cette dominante th1 de la protection est confirmee par la nature des anticorps produits par les souris en reponse a l'infection. Chez les souris immunisees, la quantite de cellules productrices d'igg#2#a specifiques augmente rapidement apres l'inoculation de la souche loth, alors qu'on ne trouve que peu de cellules productrices d'igg#1. Les souris non immunisees meurent trop rapidement pour qu'une telle etude ait pu etre menee. L'etape suivante consistait a identifier la nature et le mode d'action des cellules effectrices. Plusieurs types cellulaires pouvaient raisonnablement etre soupconnes dans ce modele, en particulier les lt cd8#+ et les macrophages actives. Nous avons suivi l'evolution des populations de lt cd8#+ et de macrophages, ainsi que celle des lt c d4#+, au niveau du peritoine des souris infectees par la souche loth. En effet, c'est a ce niveau que se fait l'inoculation de cette souche. Nous avons pu observer une difference dans les proportion de lt cd4#+ entre souris immunisees et non immunisees, ainsi qu'une augmentation, probablement due a un recrutement, du pourcentage de lt cd4#+ au cours du temps chez les souris protegees. En ce qui concerne les lt cd8#+ nous n'avons pas note de difference remarquable entre les differents cas de figure. Par contre, les macrophages se sont reveles plus interessants. En effet, si l'expression du cd11b (mac-1) changeait peu, mac-3, qui signale les macrophages peritoneaux, etait beaucoup plus eleve chez les souris immunisees. Pour verifier que ces macrophages etaient actives, nous avons etudie par rt-pcr l'expression des messagers de la no synthase inductible. Nous avons pu constater que, des le troisieme jour suivant l'inoculation de la souche loth, ces arn etaient exprimes chez les souris immunisees, alors qu'il etaient absents chez les souris non protegees. Nous avons par ailleurs pu verifier qu'une telle activation, quoique plus tardive, chez des souris ayant recu des cellules de souris immunisees, alors qu'on ne la retrouve pas chez les souris temoin ayant recu des cmn de souris non immunisees. Nous avons aussi pu verifier in vitro que les lt cd8#+ des souris immunisees possedent une fonction cytotoxique h-2 restreinte vis a vis de cellules histocompatibles infectees par la souche a/22. Il semble neanmoins que leur efficacite depende du rapport effecteur/cible. Il semble donc que les macrophages actives puissent effectivement impliques in vivo lors de la disparition des bacteries. L'action eventuelle des lt cd8#+ est plus sujette a caution. Des etudes complementaires devront neanmoins etre menees pour mesurer l'importance de l'intervention d'autres types cellulaires. Il faudra aussi determiner quels sont les constituants de la souche a/22 qui permettent l'induction d'une reponse protectrice, afin de pouvoir a terme mettre au point un vaccin.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 246 P.
  • Annexes : 376 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.