Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xe-XIIe siècles

par Eliana Magnani Soares-Christen

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Michel Fixot.

Soutenue en 1997

à Aix-Marseille 1 .


  • Résumé

    A partir d'une documentation d'origine monastique, constituee surtout d'actes de la pratique cette these cherche a comprendre les relations etablies entre les monasteres benedictins traditionnels et l'aristocratie en provence a partir du milieu du dixieme siecle jusqu'a la fin du douzieme siecle. Autour de l'an mil les familles aristocratiques sont etroitement impliquees dans la fondation ou dans la restauration d'une serie de communautes monastiques. Celles-ci servent a legitimer l'emergence du pouvoir seigneurial, dont elles sont l'un des symboles. Jusqu'au douzieme siecle, les rapports entre les monasteres et l'aristocratie se concretisent par diverses transactions, notamment par les donations, qui etablissent la circularite des echanges avec la divinite en vue de la preparation a la vie eternelle, et constituent un reseau de liens qui opere comme element de cohesion sociale pour la classe dominante. L'etude s'articule autour des prieures clunisiens fondes au nord de la durance a l'epoque de l'abbe maieul ; de l'abbaye de montmajour pres d'arles, qui devient necropole comtale a la fin du dizieme siecle, et de son pendant avignonnais, saint-andre de villeneuve ; du monastere de saint-victor de marseille, dont la tres vaste congregation, qui s'etend de la provence a la catalogne, en passant par le languedoc, est utilisee par la papaute comme un relais de la reforme gregorienne ; de l'abbaye de lerins, principale communaute monastique de la provence orientale ; des nombreux monasteres familiaux plus modestes qui finissent avant la fin du onzieme siecle, par etre rattaches aux communautes plus puissantes : des rares monasteres feminins ; des collegiales, creees a partir des annees 1030 ; ainsi que de nouveaux monasteres cisterciens, chartreux et chalaisiens- fondes au milieu du douzieme siecle et qui malgre les critiques portees aux monasteres benedictins traditionnels. Etablissent des rapports similaires avec l'aristocratie.


  • Résumé

    From the monastic sources, especially the charters, this work tries to understand the relationships between traditionals benedictines monasteries and the aristocracy in provence from the middle of the tenth century to the end of the twelfth century. Around the year one thousand the aristocratic families are closely involved with the foundation or the restoration of many monastic communities. Justifying the emergence of the seigniorial power, of wich they are a symbol. Until the twelfth century, the relationships between the monasteries and the aristocracy appear in various transactions, especially in the gifts, that create the circularity of exchanges with the deity beginning the preparation to eternal life, and setting up a ties' net that works like a social cohesiveness element to the dominant class. This research is organized around the cluniac priories founded at the north of the durance river at the time of abbot maieul ; the abbey of montmajour near arles, that became a counts' necropolis at the end of the tenth century, and its pendant from avignon, saint-andre of villeneuve ; the monastery of saint-victor of marseilles and its very large congregation that extended from provence to languedoc and catalonia, utilized by the papacy as a relay to the gregorian reform ; the abbey of lerins. The most important monastic community from eastern provence ; the numerous modest family monasteries that ended connected to more powerful communities before the end of the eleventh century : the few women monasteries ; the collegiate churchs. Created from 1030 ; and the new monasteries -cistercians, cathusians and chalaisians- founded in the middle of the tweifth century, and that in spite of the criticism against the traditional benedictine monasteries are establishing similar relationships with the aristocracy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 618 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Fenouillères). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Fenouillères). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Fenouillères). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : ARTeHIS "Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés". UMR. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2285
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Bibliothèque Michel Foucault.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Collège de France. Bibliothèque patrimoniale.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : IIIB 8°1405
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.