Déterminismes proximaux des émergences sociales chez le Mouflon méditerranéen (Ovis gmelini). Concepts théoriques et analyse comparée : [thèse en partie soutenue sur un ensemble de travaux]

par Yvonnick Le Pendu

Thèse de doctorat en Sciences du comportement et de la cognition

Sous la direction de Raymond Campan.

Soutenue en 1996

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La majorite des etudes actuelles sur les organisations sociales animales s'inscrit dans le cadre paradigmatique de l'eco-ethologie fonctionnelle. Neanmoins, un nombre croissant d'auteurs critique les derives du programme adaptationniste de la biologie evolutive et l'omniscience des interpretations fonctionnelles en ethologie sociale. Un courant alternatif replace l'individu au centre des preoccupations de la biologie et rehabilite la dimension proximale comme source explicative des emergences sociales. Cette these s'inscrit dans cette option theorique et tente d'analyser les determinismes proximaux des comportements sociaux chez le mouflon mediterraneen (ovis gmelini). La premiere partie presente le cadre theorique de ce travail. Dans un premier chapitre, nous enoncons les interpretations avancees par l'ethologie fonctionnelle pour expliquer divers aspects de la socialite chez les vertebres superieurs: taille des groupes, segregation sexuelle, spatialite intragroupe. Le chapitre suivant expose l'incompletude et les abus du fonctionnalisme. Nous proposons alors une voie complementaire constituant la base theorique de notre travail: la conception autonome de l'animal social, qui s'appuie sur la theorie de l'auto-organisation et sur l'hypothese d'une cognition animale non representationnelle. Cette approche n'assimile pas l'animal a un systeme heteronome qui traite de l'information, a l'instar de l'ethologie fonctionnelle, mais le considere comme une unite autonome produisant son monde propre au travers de ses actions: les changements d'etat de l'individu sont le fruit de processus autoreferentiels et de perturbations issues des couplages qu'il entretien avec les traits signifiants de son environnement. Nous decrivons l'interet d'une telle approche pour expliquer le comportement social. Nous analysons egalement dans quelle mesure le groupe social est egalement assimilable a une unite autonome d'ordre superieur. La seconde partie du memoire commente les resultats experimentaux obtenus dans deux populations de mouflons mediterraneens en regard des propositions theoriques enoncees precedemment. Nous mettons en evidence l'importance majeure du developpement morphologique et du dimorphisme sexuel sur la socialite de l'espece. Le repertoire interactif des individus, leurs preferences associatives et leur positionnement spatial au sein des groupes sont fortement influences par leur classe d'age et de sexe. Ces differentes caracteristiques sociales sont intimement liees et se definissent au cours de l'ontogenese: nous presentons plusieurs exemples bibliographiques de populations pour lesquelles le comportement social des individus a ete profondement modifie a la suite de perturbations ponctuelles. Nos analyses sur les associations entre animaux marques indiquent une grande labilite des groupes, une absence de preferences individuelles, un declin prononce du lien mere-jeune des la seconde annee (particulierement chez les jeunes beliers), l'absence de preference associative entre individus d'une meme lignee maternelle. La comparaison des resultats obtenus dans les deux populations indique une preponderance du contexte social sur les caracteristiques du milieu dans la definition des emergences sociales

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [4]-88-[115] p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1996TOU30052
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.