Orson welles; le proces et une histoire immortelle d'apres les oeuvres de franz kafka et karen blixen. L'art du mensonge et la quete de la "verite"

par Elsa Nagel

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Duarte Mimoso-Ruiz.

Soutenue en 1996

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Le proces et une histoire immortelle d'apres kafka et karen blixen marquent une etape importante dans l'oeuvre d'o. Welles qui n'eut de cesse de chercher une reponse a la question : "qui suis-je ?". Le proces puise sa progression diegetique et formelle dans devant la loi. La logique onirique, le temps mental, l'espace sujet a d'etranges anamorphoses, tandis qu'il y a confusion entre le point de vue de la camera et celui du protagoniste, placent le proces sous le signe du fantastique. Le doute qui regit le film connait son aboutissement dans la phrase finale proferee en voix off - "mon nom est orson welles" apres que le realisateur a dit le generique. Des lors que les signes de l'autorite ont ete demythifies, cette phrase signataire pose la question de la legitimite de pouvoir affirmer etre l'auteur du film. Une histoire immortelle, reflexion sur la creation et sur la figure faustienne du demiurge, multiplie les strategies d'adresse au spectateur de maniere a l'integrer dans l'univers fictionnel. Le personnage du double qui hante le cinema de welles connait ici, grace a la participation active du spectateur, une exploration exemplaire. Ainsi s'impose sur l'ecran le mythe cosmogonique et celui de l'immortalite lorsque, finalement, ce film qui reflete tout entier l'univers wellesien par le biais de l'intertextualite, renvoie pleinement a son auteur.

  • Titre traduit

    Orson welles; the trial by franz kafka and the immortal story by karen blixen. The quest of the "truth" through the art of illusion


  • Résumé

    The trial by kafka and the immortal story by karen blixen are both an important stage in welles's works. The main question was : "who am i ?". He never ceased to try to find an answer. The story and the forma advance in the trial comes from the tale : before the law. The full process - logical fantasy, mental time, space subject to distortions while the confusion is between the protagonist's point of view and the camera's - places the trial under the sign of fantastic. Doubt governs the film and finds its outcome in the last sentence : "my name is orson welles", after the credits have been recited by the director. So, as the signs of authority have been demystified, this sentence asks the question over welles's legitimacy of being the author of the film or not. The immortal story - a reflexion over creation and the faustian figure of the demiurge - increases the spectator's strategies of skill in order to integrate him in the universe of fiction. Trough the spectator's commitment, reversible characters who haunted welles's fiction reach a peak and know an exemplary exploration. So, the cosmogonic myth and the myth of immortality impose themselves on the sreen. The film reflects the wellesian universe. It refers entirely to his author.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 496 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.