Structures de negociation investissement et croissance

par ISABELLE TERRAZ

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Aristomène Varoudakis.

Soutenue en 1996

à Strasbourg 1 .


  • Résumé

    Cette these examine l'influence de la negociation collective sur l'investissement ainsi que sur la croissance. Apres une synthese de la theorie des negociations salariales, notre apport consiste a systematiser les modeles existants dans la prise en compte de la relation negociation- investissement et nous amene a distinguer trois jeux generiques (decisions independantes, syndicat et entreprise leader de stackelberg) selon la flexibilite relative des decisions de salaire et d'investissement. En cas d'irreversibilite de l'investissement, nous faisons apparaitre l'existence d'une distorsion dans l'utilisation du capital et donc un effet de capture syndicale. La generalisation de ce jeu dans une perspective dynamique permet de retrouver des resultats de statique. La deuxieme partie est consacree a la croissance. Ainsi, lorsque l'entreprise est leader, la croissance peut etre durablement alteree si le syndicat maximise une fonction d'utilite de type gain monetaire. En revanche, en presence d'un marche du travail dual et lorsque la croissance est generee par des externalites reciproques entre secteurs, il existe des configurations qui permettent d'ameliorer le taux de croissance. Enfin, nous revenons a un cadre unisectoriel dans un dernier modele theorique pour apprehender l'incidence des frictions d'appariement dans le cadre d'un modele de croissance. Ceci permet de faire apparaitre un role moderateur du taux de chomage sur l'effet d'appropriation syndical. Enfin, un dernier chapitre permet de souligner un impact negatif du taux de syndicalisation sur la croissance sur un echantillon large de pays puis d'analyser cette relation plus precisement sur la base de donnees de panel et confirmer ainsi la relation precedente ainsi qu'un effet moderateur du taux de chomage lui etant associe.


  • Résumé

    The object of this thesis is to analyse the influence of bargaining structures on investment and on the growth process. We distinguish different bargaining structures depending on when the investment decision is taken. In a case of investment irreversibility, we highlight the existence of a distortion effect in the utilisation of the capital stock and, therefore, of an appropriation effect of the union. In a dynamic framework, the same results appear and confirm the preceding. The second part is devoted to growth and show a durable effect on growth of bargaining when the enterprise is leader and when the union maximises a utility of monetary gain. In a dual labour market and when the growth process is based on the existence of reciprocal externalities, there exists special configurations in which the bargaining process allow a better growth. In a last theoretical chapter, we introduce matching frictions in the hiring process and show the existence of a moderating effect of unemployment on the appropriation effect. A last part shows empirically the existence of a negative relation between the union rate and growth on a large sample of countries, hypothesis which is confirmed by a test realised on the oecd countries on a panel basis

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 342 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 221 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Pôle Européen de Gestion et d'Economie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.