Firme représentative et représentation de la firme : contribution à l'analyse économique de la dynamique des organisations productives au XXème siècle

par Pascal Billand

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jacques-Henri Jacot.

Soutenue en 1996

à Saint-Etienne .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La rationalisation des entreprises du systeme productif est un processus inherent a une economie de type capitaliste. Ainsi, les firmes, comme organisations productives, sont en perpetuelle transformation. Pourtant, en relation avec l'irregularite des performances economiques, les changements au niveau des entreprises, loin d'etre homogenes, sont marques par d'importantes discontinuites. Par dela ces discontinuites, dans un cadre spatio-temporel donne, il est possible de discerner l'existence d'une entreprise, dotee d'une certaine stabilite, et dont la configuration decrite est censee apte a resoudre les defis productifs du moment : c'est alors la firme representative du systeme productif. A cette firme peut etre associee une certaine representation de la firme. Cette representation trouve un echo dans la theorie economique de la firme. Sur cette base, notre travail, centre sur la dynamique des organisations productives au vingtieme siecle, developpe l'idee suivant laquelle un changement de firme representative, constituant une veritable rupture epistemologique, s'est produit dans les pays occidentaux au cours des annees quatre-vingts. Cette rupture est refletee dans le processus qui, de la crise de la firme "taylorienne-fordienne" et des difficultes de la firme "automatisee flexible", a conduit a l'emergence de la firme "ohnienne" puis de la firme "intoractive" comme firmes representatives du systeme productif.

  • Titre traduit

    Representative firm and the representation of the firm. Contribution to the analysis of the productive organisations' dynamics in the twentieth century


  • Résumé

    Rationalisation of the enterprises of the productive system is a process inherent to a capitalist economy. Thus firms are constantly changing. However, in relation with the irregularity of economic performances, changes at the enterprises' level are caracterized by significant discontinuities. Beyond these discontinuities, in a given spatio-temporal context, it is possible to discern the existence of an enterprise, endowed with a certain stability, and whom configuration is supposed able to answer to the economic challenges of the time beeing : this is then the representative firm of the productive system. To this firm can be associated a definite representation of the firm. This representation finds an echo in the economic theory of the firm. On this basis, our work, focussed on the productive organizations' dynamics in the twentieth century, develops the idea that a change of the representative firm, corresponding to an epistemological rupture, has occured in the eighties. This rupture is mirrored in the process who, from the "taylorienne-fordienne" firm's crisis and the difficulties of the "automatized-flexible" firm, has led to the spring of "ohnienne" then "interactive" firms as representative firms of the productive system.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 553 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 75-1996-1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.