L'Herbivore, facteur d'augmentation de la diversité biologique des milieux artificiels : l'exemple des digues aménagées par la Compagnie Nationale du Rhône

par Laurence Nicaise

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Pierre-Noël Frileux.

Soutenue en 1996

à Rouen .


  • Résumé

    L'expérience de pâturage menée sur les digues du Rhône permet de répondre à un triple objectif : gestion des terrains artificiels de la Compagnie Nationale du Rhône, amélioration de la dynamique écologique, floristique et faunistique, et conservation de races rustiques à effectif réduit. Le suivi comportemental de trois herbivores - juments Pottok, vaches Bretonnes Pie Noire et brebis Solognotes - a été mené ainsi que l'étude de leur impact sur la flore et les populations lombriciennes. Après trois années de pâturage, on constate la bonne adaptation des animaux à leur territoire et un effet positif sur la diversité biologique. Les populations de lombriciens augmentent, notamment celles des anéciques, et la flore s'enrichit et se diversifie. Si l'intérêt des animaux pour restaurer des milieux abandonnés est maintenant bien connu, il apparaît également que les herbivores peuvent être de bons gestionnaires de milieux artificiels et répondre à des objectifs écologiques, aussi bien qu'économiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (253 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 246-253

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 96/ROUE/S079
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.