Mise au point d'une méthodologie d'évaluation des concentrations sans effet des substances sur l'environnement aquatique

par Gilles Roman

Thèse de doctorat en Toxicologie de l'environnement

Sous la direction de Jean-Michel Jouany.

Soutenue en 1996

à l'Université de Rouen .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail est de définir une méthode de calcul des PNEC plus satisfaisante que les méthodes actuellement utilisées dans le cadre réglementaire des évaluations du risque des substances pour l'environnement aquatique. Ce problème se décompose en deux choix successifs, d'une part, le choix (éthique) de l'objectif de protection souhaité (ici, protection de 95% des espèces), et d'autre part, le choix (scientifique) de la meilleure méthode à mettre en oeuvre pour l'atteindre. La seconde partie traite de la comparaison des méthodes d'extrapolation ainsi que des extrapolations inter-espèces ; cette partie est basée sur des analyses de données. La troisième partie, qui aborde plus spécifiquement les extrapolations effet - sans effet, aigu-chronique et laboratoire-environnement, est basée sur la réalisation et l'interprétation d'essais biologiques monospécifiques et plurispécifiques en microcosmes. Nos résultats montrent que les méthodes d'extrapolation actuelles donnent des résultats souvent biaisés, et peu fiables dans la majorité des cas, notamment lorsque peu de données sont disponibles. Les quatre étapes de l'extrapolation peuvent être classées en fonction de l'incertitude existant entre les différents paramètres : - extrapolation inter - espèces, qui est l'étape la plus hasardeuse (de 0 à 5 ordres de grandeur), - extrapolation entre court terme et long terme (de 0 à 3 ordres de grandeur), - extrapolation effet - sans effet (de 0 à 1 ordre de grandeur), - extrapolation du laboratoire à l'environnement (de 0 à 1 ordre de grandeur). Des modifications des méthodes d'évaluation des PNEC sont ensuite présentées. Celles ci ont été validées sur des données tirées de la littérature : les modifications proposées s'avèrent plus justes que les meilleures méthodes existantes, pour une précision équivalente. Une stratégie d'utilisation de la méthode la plus fiable en fonction des données disponibles est également présentée.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The aim of this thesis is to find a better method for PNEC estimations than the ones currently in use for the risk assessment of substances to the aquatic environment. The problem can be shared in two choices, on one hand, the (ethical) choice of the protection objective (here, protection of 95% of the species), on the other hand, the (scientifical) choice of the best method to use. The second part comprises first a comparison of the existing methods for PNEC assessment, and second, an inter-species relationships study; this part is based on data analysis. The third part deals with the other extrapolation steps: effect to no-effect, short-term to long-term, and indoor to outdoor; this part is based on the analysis and interpretation of monospecific to microcosm biological assays. Our results show that the existing extrapolation methods provide often biased results, unreliable most of the time, especially when using small data sets. The four extrapolation steps can be classified according to their inherent uncertainty: - inter-species extrapolation, the most unpredictable step (0 to 5 orders of magnitude), - short term to long term extrapolation (0 to 3 orders of magnitude), - effect to no-effect extrapolation (0 to 1 order of magnitude), - indoor to outdoor extrapolation (0 to 1 order of magnitude). Improvements of existing extrapolation methods are then suggested. These have been validated with data extracted from the literature: the proposed modifications are significantly more accurate and somewhat more precise than the best existing methods. A strategy to chose the most reliable method is presented, depending on the amount of existing ecotoxicity data.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 205-[1] p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 184-193

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section médecine-pharmacie.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : THD 96.2
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section médecine-pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THD 96.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 5002
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.