Réflexions sur les relations entre la photographie et les arts plastiques (dans les années quatre-vingts)

par Serge Teskrat

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Jean-Marc Poinsot.

Soutenue en 1996

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Ces réflexions partant d'un point de vue spécifique, à savoir que le photographique résulterait d'une condensation de l'optique et du chimique, permettent à un plan de se mettre naturellement en place. La photographie se serait jouée sur ses deux versants : l'optique et le chimique, pour aller jusqu'au bout d'elle-même, c'est a dire d'un cote une photographie construite sur le principe de la camera obscura et donc sur l'optique avec les objectifs et de l'autre, une photographie fondée sur la lumière et donc sur le chimique avec des rayogrammes, par exemple. Puis ayant fait le tour de toutes les questions la concernant, elle se serait instrumentalisée comme simple outil de prise de vue en se déplacant sur le terrain des arts plastiques. De fait, les artistes ne questionnent plus réellement la photographie en tant que medium. Et assez naturellement d'ailleurs, les débats esthétiques se sont déplacés en amont et en aval de l'instant de la prise de vue à proprement parler. Si quelques pratiques photographiques minoritaires, sont restées sur cet instant de la prise de vue pour ouvrir des portes principalement techniques, l'essentiel des pratiques photographiques est représenté par la mise en scène. Il conviendra alors de décrire toutes ces manifestations touchant à la photographie d'un point de vue factuel afin d'analyser ces dernières a l'aide d'outils propres à la connaissance aussi divers qu'éprouvés tels que le structuralisme, la mythologie, l'archéologie ou la sémiotique. Ces outils seront nécessairement simplifiés et adaptés en fonction de la réalite à étudier. Toutefois, ces différentes approches permettront de réfléchir et de prendre du recul par rapport à ce phénomène qui prend toute sa visibilité dans les années quatre-vingts. En tournant autour de cette matière première qu'est le photographique par des points de vue complémentaires, la compréhension et les réflexions qui en découlent devraient permettre d'appréhender plus globalement ces manifestations. Les années quatre-vingts sont-elles le commencement ou la fin de cette préponderance photographique ? Les artistes vont-ils abandonner ce medium pour d'autres techniques nouvelles ou revenir vers des techniques traditionnelles ? D'un côté, la photographie, prise en relais par d'autres technique comme les images numériques, pourrait devenir inutile. De l'autre, l'image photographique, n'étant plus subordonnée à la science ou à l'information, peut être livrée à elle-même. La chose s'était déjà constatée avec l'impressionnisme ou la photographie assumait, désormais, toute une part de l'iconicité et libérait d'autant la peinture. Des réflexions dont l'esquisse n'a pas d'autre ambition que de susciter la compréhension.


  • Résumé

    Of those reflexions about the "photographic", producting of particular point of view, will result condensation between optical and chimical and will build naturally plane. The photographic has been played on his two faces : optical and chemical, for to go to forward himself. In fact, the photographic built on the princip of camera obscura. In reality, camera obscura squares with optic lens. But also, there is another photography. It's built by light so, light is the chemical dimension of photography. Once all questions posed about of herself, it will becomes mecanic tool strictly reserved to take photography. In the same time, it will moves in plastic arts. Now, artists don't really use photography like medium. Naturally, aesthetic polemics have been moved under and above of moment of taking of photographs. In this time, the present search starts. If some photographers and minority practices have remained tied to moment of taking of photography for open technical ways, essentiel practices are represented by staging. Those reflexions will start for describing all practices tied to photography of the concrete manner : practices under moment of taking of photography and practices above it. Then, we'll may analyse these practices with tools belonging to knowledge. Those tools can be structuralism, myth, archaeology and semiotics. These ones will simplified and adjusted for to study this particular reality. However, those different ways will may think and back with regard these manifestations appearing during eighty years. To turning around this fact which is photographic with complementary points of view, knowledge and produced ideas will may mainly understand. Are eighty years the beginning or the end of these preponderance about photography ? Do artists will renounce this medium for other practices ? Do they will become towards old techniques ? On the one hand, photography, relayed by other techniques like numeric pictures, will become useless ; but on the other hand, if it does't depend technology, it will be freedom. The example of impressionism proved it at the end of ninety century. This last gave to photography the mimetic fonction and it conserve for it search and exploration into painting. Reflexions of these present search simply develops a little part of knowlege. They hope to encourage and motivate it. If they can answer to some questions, it's good.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.
  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.