Belles manières et cohésion sociale : Chrétien de Troyes témoin d'une éducation au XIIe siècle

par Georges Kolb

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Reine Goldstein.

Soutenue en 1996

à Rennes 2 .


  • Résumé

    A ce jour, sans doute en raison du peu d'attention que leur accorde notre société, les manières n'ont pas encore trouvé leur place, ni dans l'éducation, ni dans la recherche. Pourtant, leur apparente futilité cache d'importants enjeux sociaux, tant pour chaque individu, que pour la société toute entière. Partant de ce constat, si la présente recherche élève implicitement les conduites en société au rang d'objet de science, elle cherche d'abord à découvrir quels sont ces enjeux, et par quelles stratégies socio-éducatives un groupe social assure la pérennité des manières qui le singularisent, et en contrôle les évolutions. Aussi, a partir de l'analyse des manières spécifiques à la société courtoise, décrites dans les romans de Chrétien de Troyes, la présente recherche révèle que deux processus sociaux complémentaires sont à l'oeuvre : la reproduction qui assure la transmission des manières aux individus du groupe, et la surveillance qui en assure la conformité par rapport aux attentes sociales. Ces deux processus se rejoignent en un seul, le contrôle social, dont ils sont deux dimensions. Sur cette base conceptuelle simple, sont analysées, essentiellement, les manières langagières et gestuelles, féminines et masculines. Plus précisement, on découvrira comment ces conduites qui portent l'empreinte de l'histoire du groupe social, contribuent a la masculinisation des hommes et a la féminisation des femmes. Enfin, en montrant que les manières fonctionnent comme des signes d'appartenance sociale, cette recherche fait apparaître a la fois, la nécessite de leur apprentissage pour assurer l'inclusion des individus dans le groupe et la cohésion de ce dernier, mais aussi les processus d'exclusion que cet apprentissage distille insidieusement.


  • Résumé

    Until now and probably because of the little attention given to them by our society, manners have not yet found their place either in education or in research. Nethertheless, important social issues are at stake behind their surface futility, for each individual as well as for society as a whole. From this observation, even though the present research implicitly raises behaviour in society to the rank of a science subject, its first aim is to find out what these stakes are and through which socioeducational strategies a social group perpetuates the manners that distinguish it and controls their evolutions. Therefore, relying on the analysis of the specific manners of the courtly society as they are shown in Chretien de Troyes's romances, the present research reveals that two complementary social processes are at work : the reproduction which ensures that manners are passed on to the individuals of the group and the supervision which ensures its conformity to social expectations. These two processes are at one in the social control of which they are the two dimensions. On this simple conceptual basis, we are concerned above all with the analysis of language manners and gestural manners whether they are female ones or male ones. To be more precise, we shall discover how these behaviours, which are marked with the social group's history, contribute to making men masculine and women feminine. Finally, by showing that manners work like social membership marks, this research brings to light both the necessity of their learning to ensure the inclusion of individuals in the group and its cohesion, but also the exclusion processes this learning insidiously exudes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(104)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 873-929. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR Rennes 1996/42/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.