Effets des contraintes environnementales sur la reproduction des femelles de deux populations d'ovins, le mouflon (Ovis musimon) et le mouton (Ovis aries), introduits dans l'archipel de Kerguelen

par Denis Reale

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Jean-Claude Lefeuvre.

Soutenue en 1996

à Rennes 1 .


  • Résumé

    La distribution et la disponibilité des ressources trophiques exercent de nombreuses contraintes sur la reproduction des mammifères et des oiseaux et génèrent de multiples reponses, écologiques ou évolutives. Sur ce thème, plusieurs facettes de la reproduction des femelles de deux populations d'ovins, le mouflon (ovis musimon) et le mouton (ovis aries), introduits dans l'archipel subantarctique de Kerguelen, sont analysées. Pour la première population, les ressources alimentaires fluctuent de facon drastique selon les années, en relation avec une démographie cyclique catastrophique. La seconde connait une démographie stable et dépend essentiellement des variations saisonnières de la végétation. Lors de la parturition, les femelles mouflons recherchent des zones abritées des vents et évitent les groupes de grande taille, mais s'isolent peu en comparaison d'autres ovins. La densité de population ne modifie pas ce comportement. La situation particulière de l'ile qui les contraint a regagner les groupes très rapidement apres la parturition, favoriserait la possibilité de rapts d'agneaux. A forte densité, lorsque les ressources se raréfient, les soins maternels a Kerguelen sont médiocres comparativement a ce que l'on observe dans deux populations européennes. Par ailleurs, la dynamique des relations mère-jeune, etudiée pendant trois années consécutives en situation contrastée, montre que les mauvaises conditions de milieu et des mères sont associées a un sevrage précoce et à un conflit mère-jeune marqué. Ces facteurs ont pour conséquence une forte mortalité néonatale, ainsi que des modifications ontogénétiques des agneaux. En revanche, la dépense maternelle s'accroit dès que les conditions de milieu s'améliorent, suggérant un ajustement instantané des soins maternels chez ces ovins. Chez les moutons, la principale période de naissances a lieu durant l'hiver. Elle résulte de modifications du cycle reproducteur suite à la domestication les œstrus se produisant pendant une grande partie de l'année combinées a la moindre fertilité des femelles en hiver, en raison de leur mauvaise condition physique. Ainsi, l'essentiel des brebis sont fecondées en été et mettent bas l'hiver suivant. Les agneaux nés au cours de l'hiver montrent une croissance neonatale et une survie réduites, comparées aux agneaux d'été. Toutefois, les survivants de la cohorte d'hiver bénéficient d'une croissance compensatoire leur permettant d'atteindre a un an un gabarit supérieur aux agneaux d'été. La distribution temporelle des œstrus ainsi que la grande taille du troupeau provoquent un déséquilibre de sex-ratio operationnelle en faveur des mâles qui favorise l'apparition du harcèlement sexuel lors du rut. Ce phénomene induit une mortalité de femelles en été. Des hypothèses sont avancées pour expliquer l'existence d'une démographie cyclique catastrophique chez le mouflon et son absence chez le mouton


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 266 p.
  • Annexes : 546 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1996/120
  • Bibliothèque : Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Thesecobio00217
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ANT L 10607
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.