Identification, relations phylétiques, processus d'isolement et divergences inter-populations chez les schistosomes : Approche par l'étude de marqueurs génomiques (RAPD)

par Véronique Barral

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de C. COMBES.

Soutenue en 1996

à Perpignan .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La problematique de notre travail repose sur trois ensembles de questions touchant a la diversite genetique et aux processus de differenciation spatio-temporelle des schistosomes. Nous avons principalement applique la technique des marqueurs rapd (random amplified polymorphic dna) pour resoudre ces problemes. Le probleme de l'identification des especes de schistosomes et de leurs hybrides semble resolu par la technique. Des marqueurs du sexe ont ete egalement detectes. L'etude des relations de parente entre les especes a montre des resultats coherents avec les hypotheses d'une coevolution des schistosomes avec leur mollusque vecteur et avec les hypotheses de transferts lateraux d'especes de schistosomes des animaux a l'homme. Nous proposons de nouvelles hypotheses sur l'histoire evolutive des especes de schistosomes, notamment les especes africaines et indiennes parasites d'ongules. Il n'existe pas d'isolement de nature pre-zygotique entre les especes voisines s. Mansoni et s. Rodhaini. Cependant, des ecarts a la segregation mendelienne pour certains marqueurs nous permettent de suggerer une distorsion de segregation et la non viabilite genetique des hybrides. L'absence d'isolement reproducteur entre les populations allopatriques s. Mansoni d'amerique et d'afrique permet de valider l'hypothese de l'introduction recente de l'espece au nouveau monde. Une etude de la diversite genetique, effectuee au sein des infrapopulations et des populations naturelles de l'espece s. Mansoni dans un foyer de transmission particulier de l'arriere mangrove guadeloupeenne, montre une tres grande diversite genetique a l'interieur des infrapopulations de rats rattus rattus et une faible differenciation entre les populations locales de parasites. Le rat semble donc responsable d'une grande diversite genetique entre les parasites et de l'homogeneisation des populations locales, du fait de recrutements successifs et diversifies de cercaires genetiquement differentes

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 314 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1996 BAR
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.