Etude de la modulation pharmacologique de la secretion des mucines et autres glycoconjugues par les bronches pulmonaires humaines

par EL HASSANIA SOSSE ALAOUI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de CHARLES BRINK.

Soutenue en 1996

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etude de la modulation pharmacologique de la secretion des mucines respiratoires, se heurte a deux difficultes majeurs : 1) le manque de specificite et de fiabilite de la plupart des dosages utilises 2) l'absence d'un modele d'etude permettant une non dedifferenciation des cellules a mucus et comportant les deux systemes du mucus : l'epithelium de surface et les glandes sous muqueuses. Dans cette these, nous presenterons, la mise au point d'un modele d'etude in vitro. De plus, nous avons developpe de nouvelles techniques de dosage des glycoconjugues en utilisant des anticorps monoclonaux. L'anticorps 3d3 a ete utilise pour quantifier les glycoconjugues par un dosage de type elisa. Cet anticorps avait ete initialement decrit comme un anti-mucines, nous avons demontre par la suite qu'il est dirige contre les antigenes du groupe sanguin (leb), egalement portes par les chaines saccharidiques des mucines. Les anticorps anti-m1, diriges contre la partie peptidique des mucines ont ete utilises pour mesurer specifiquement les mucines par un dosage de type irm. Par utilisation conjointe de ces dosages et de ce modele, nous avons etudie la regulation de la secretion des glycoconjugues. Nous avons montre que l'epithelium de surface ne joue aucun role modulateur de la secretion des glycoconjugues et des mucines par les glandes. Cependant, un agoniste muscarinique, la methacholine induit une augmentation de la secretion des glycoconjugues d'un facteur de dix, effet inhibe par l'atropine. Au contraire, la methacholine ne stimule pas la secretion des mucines. Une stimulation des bronches via un anti-ige qui provoque une liberation des mediateurs de l'inflammations n'a aucun effet sur la secretion des mucines ou autres glycoconjugues. De plus, le leucotriene ltd4 administre de facon exogene ne modifie en rien cette secretion. En conclusion, la secretion des mucines et des glycoconjugues respiratoires n'est pas module par l'epithelium de surface. Le systeme cholinergique controle la secretion des glycoconjugues mais pas celle des mucines au contraire, les mediateurs de l'inflammation et en particulier les leucotrienes ne controlent pas la secretion de ces du mucus. Le modele d'etude de bronches humaines etabli au cours de cette these constitue un outil pour l'etude des mecanismes de regulation de la mucosecretion bronchique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 165 P.
  • Annexes : 242 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-013151
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.