Ce qu'il y a d'inconscient dans le philosophique

par Fabrice Piazzon

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Georges Labica.

Soutenue en 1996

à Paris 10 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette these s'applique a montrer que la philosophie se nourrit d'un fantasme de l'un qui prend sa source dans le sentiment de fusion du nourrisson avec sa mere. Qu'elle s'en nourrisse jusqu'a la nausee, c'est toujours l'un qui est recherche par la philosophie qui dissout la richesse du monde et la diversite des objets dans une unite regressive, et ce, des son origine, ou elle cherche a remplacer la multiplicite des citoyens par une voie unique, une fusion avec le cosmos et la toutepuissance de la nature dont la tragedie nous montre que le sujet en emerge avec peine. Mais la philosophie denie l'inconscient pour se proteger de l'interdit de l'inceste en des formes, des idees abstraites ou l'on ne reconnait plus rien du desir primitif, si ce n'est par l'intermediaire du desir de savoir. Il apparait lui-meme comme une tentative de recuperation narcissique qui englobe les objets dans les mots puis dans le systeme de certitude - sorte de contenant maternel securisant pour leur oter leur autonomie et procurer au philosophe la toute-puissance originelle perdue qu'il recherche de facon melancolique. Troquant la chose pour le mot, il se coupe de la realite sensible qui est perte de l'un jusqu'au risque de la schizophrenie. L'autre denie fait retour de l'exterieur sous la forme du persecuteur et rapproche la philosophie du delire paranoiaque. Si la realite est reconnue elle fait eclater le systeme contenant et c'est l'hemorragie narcissique, l'emiettement phenomenologique du moi et de l'objet. La philosophie apparait donc comme un systeme de defense contre des angoisses de type psychotique plutot que nevrotique, meme si le decoupage obsessionnel ou la seduction hysterique apparaissent, mais de facon plus superficielle. La defaillance de l'identification au pere n'a pas permis au philosophe d'echapper a la representation maternelle du monde, a l'animisme primitif.

  • Titre traduit

    What is unconscious in the philosophy


  • Résumé

    This dissertation aims at showing that philosophy thrives on a fantasy over the one, which has its source in the infant's feeling of fusion with its mother. However intense the thriving is, philosophy is continually seeking that oneness; indeed, from the very start, it has compelled the variety of the world and the diversity of objects into a regressive unit, and sought to fit the multiplicity of the citizens into a single mould, a fusion with the cosmos and the all-powerful nature, from which tragedy has shown us that the subject can hardly extract himself. But philosophy denies the unconscious to protect itself from the prohibition of incest in forms and abstract ideas from which the primal desire is impossible to make out any more, except through the agency of the desire for knowledge. That longing itself looks like an attempt at narcissistic recovery which encloses the objects into the words, then into the system of certainty - a kind or reassuring maternal container - to abolish their autonomy and provide the philosopher with his lost original omnipotence which he is trying to regain in melancholy. Swapping the thing for the world, he cuts himself off from reality which is the loss of the one, risking up to schizophrenia. The denied other returns from the outside under the garb of the persecutor, and brings philosophy close to persecution mania. If reality is recognized, it destroys the containing system, which entails a narcissistic haemorrhage, a phenomenological scattering of the self and of the object. Therefore philosophy appears to be a defence mechanism against psychotic rather than nevrotic anguishes, even if obsessional planning or hysterical seduction come out, but more superficially.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1029 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 1019-1024

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 96 PA10-182 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1996PA100182
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.