Etude de l'infection persistante par le poliovirus in vitro

par NICOLE PAVIO

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de F. COLBERE-GARAPIN.

Soutenue en 1996

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le poliovirus (pv) est l'agent etiologique de la poliomyelite paralytique aigue. Cette maladie est en voie d'eradication, mais un nouveau syndrome est observe chez des anciens malades: le syndrome post-poliomyelitique (spp). Une des hypotheses formulees pour rendre compte de cette nouvelle pathologie est la persistance du virus dans l'organisme. Il a ete montre que le pv est capable d'etablir une infection persistante dans des cellules de neuroblastome humain in vitro. Les virus issus des cultures infectees de maniere persistante (pvpi) accumulent dans leur genome des mutations qui leur conferent de nouvelles proprietes phenotypiques. Le travail realise au cours de ma these a permis de mettre en evidence qu'au cours de l'infection persistante de cellules de neuroblastome humain (imr-32) par la souche sauvage de type 1 mahoney, il y a selection de mutations capables de modifier le spectre d'hote du pv. Contrairement a la souche mahoney, certains pvpi sont paralytogenes chez la souris commune. Nous avons identifie quatre nouveaux determinants conferant le phenotype d'adaptation au systeme nerveux central murin. Ces determinants sont localises au niveau des proteines de capside, dans des regions impliquees dans les etapes precoces du cycle viral. Ce travail de these a egalement permis de montrer que le pv peut infecter de maniere persistante les precurseurs neuronaux des cellules du systeme nerveux central humain. Deux substitutions identiques a celles des pvpi sont selectionnees de maniere repetitive. Ces substitutions sont aussi situees dans des regions impliquees dans les interactions pv-recepteur. Deux semaines apres infection les antigenes viraux sont mis en evidence dans les cellules de la lignee neuronale. L'infection persistante de jeunes neurones post mitotiques est en faveur de l'hypothese selon laquelle le pv pourrait persister dans l'organisme d'une personne ayant eu la poliomyelite et souffrant aujourd'hui d'un spp. Enfin, une autre partie de ce travail a montre que ce sont des modifications des interactions pv-recepteur qui limitent l'infection virale dans certains clones de cellules hep-2. L'ensemble des resultats obtenus montre que les interactions pv-recepteur jouent un role important dans l'infection persistante par le pv. Nous allons etudier le recepteur de cellules permettant des infections persistantes, celui de cellules permettant la production de virus sans effet cytopathogene et celui de cellules lysees apres infection. Ces resultats permettront de mieux comprendre le role des interactions pv-recepteur dans l'infection persistante du pv in vitro


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 210 P.
  • Annexes : 312 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.