Action du peptide yy et de ses analogues sur la secretion electrogenique de chlorure, chez l'animal nourri et a jeun

par BRUNO ETO

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de J.-F. DESJEUX.

Soutenue en 1996

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'objectif de ce travail etait de caracteriser les relations entre la structure et la fonction antisecretoire du peptide yy (pyy) et de determiner les aspects de son action physiologique. L'action du pyy et de ses analogues sur le jejunum de rat ou de lapin isole a ete mesure a l'aide des chambres d'ussing, par l'intensite du courant de court-circuit (icc), dependant de la bumetanide (bum) et representant la secretion electrogenique de chlorure. Les resultats sont les suivants: 1) l'utilisation de la bum reduit le coefficient de variation des valeurs de icc. 2) le pyy a diminue l'icc, avec une concentration seuil de 0,1 nm. L'effet maximal (imax) a ete obtenu avec 0,1 m. La concentration efficace 50 (ec50) a ete obtenue avec 1 nm. Cette valeur diminuait lorsque l'epithelium etait prealablement expose au pyy. Cette desensibilisation etait transitoire et ne durait que 1 h environ. 2) la classification des analogues du pyy en fonction de leurs effets sur l'icc a montre la necessite de la presence de residus aromatiques en position 27 des peptides 22-36, du cote c-terminal. Le plus puissant etait le p915, avec un imax inferieur a celui du pyy. 3) la naloxone et la tetrodotoxine n'ont pas modifie l'effet antisecretoire du pyy. Par ailleurs l'utilisation d'inhibiteurs des proteines g et/ou de la proteine kinase c, a montre que la regulation de la secretion intestinale pourrait se faire par d'autres voies que celle de l'adenylate cyclase. 4) sur le jejunum de rat a jeun, les formes du pyy, le 1-36 (majoritaire a jeun) et le 3-36 avaient la meme activite antisecretoire, tandis que chez le rat nourri, l'action de la forme 3-36 (majoritaire a l'etat nourri) etait inhibee. En conclusion, ces resultats confirment l'effet antisecretoire du pyy. Ils montrent que: 1) les analogues 22-36, c-terminaux ont une forte action antisecretoire pourvu qu'ils portent un residu aromatique en position 22. 3) l'action du pyy est diminuee par le repas. Cette desensibilisation de la reponse est transitoire et ne dure que 1 heure


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 162 P.
  • Annexes : 178 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.