L'industrie française du caoutchouc : 1828-1938 : analyse d'un secteur de production

par Lionel Dumond

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de André Gueslin.

Soutenue en 1996

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette these a pour objet l'analyse du secteur industriel caoutchoutier en france, de son origine, en 1828, a 1938. En premier lieu, apres avoir recherche les indicateurs de sa croissance, elle s'attarde sur l'evolution de ses differents marches. Ensuite, elle decoupe la periode en trois grandes phases chronologiques. Pour chacune d'elle, ce travail decrit les causes de la croissance (innovation et conjoncture), les structures d'organisation de l'activite (au niveau meso-economique et a celui des entreprises), et les caracteres de ses agents (patrons et ingenieurs). Jusque vers 1856, deux groupes d'innovations radicales de procede d'origine anglo-saxonne, bases respectivement sur la transformation du caoutchouc cru et sur la transformation du caoutchouc vulcanise, encadrent la constitution d'un systeme technologique caoutchoutier original a la france. Marque par un investissement productif limite, il laisse ouvert le secteur a de nouvelles firmes, sous la condition d'une qualification technique croissante. De 1856 a 1890, le ralentissement de la croissance coincide avec une innovation de forme incrementale et une plus grande attention portee aux couts de fabrication. Leur maitrise introduit l'ingenieur dans des entreprises qui se renouvellent peu. A partir de 1890, l'innovation radicale de produit formee par le pneumatique relance l'essor du secteur. Avant de se fermer progressivement, ce nouveau marche permet l'eclosion de plusieurs firmes. Il voit apparaitre quelques tres grandes entreprises oligopolistiques dont le developpement s'accompagne de l'adoption de nouvelles structures de gestion. Ces dernieres dominent l'ensemble du secteur et l'apparition des innovations radicales de procede resultant de la revolution chimique du caoutchouc nee aux etats-unis vers 1910 ne fait que renforcer leur avantage. Au total, l'innovation a ete a la base d'une ouverture sociale et d'une transformation des structures, jusqu'a ce que ces grandes entreprises modernes ne change la donne.

  • Titre traduit

    The french rubber industry : 1828-1938


  • Résumé

    The aim of this thesis is to analyse the french rubber industry from it's beginnings, in 1828, until 1938. The first part explores the growth indicators of the industry with a special focus on the evolution of it's different markets. Secondly, the period of reference is divided into three main stages. Each phase is described with regard to growth factors (innovation and economic environment), corporate structure (on both a company and a meso-economic scale), and the different actors involved (employers and engineers). Until around 1856, two anglo saxon radical technological innovations, based respectively on the transformation of crude rubber and on that of vulcanised rubber, flanked the creation of an original french rubber technology. Characterised by a limited investment in production, it left the door open to new companies able to meet with the growing technological requirements. From 1856 to 1890, a flagging growth coincided with an incremental modernisation and a more acute vigilance towards production costs. The number of companies remained constant throughout this period. From 1890, a radical innovation of the product - the tyre -, revitalised the sector. Before the progressive closing of this branch, a number of firms saw the light. Several very large oligopoles appeared, the development of which accompanied the adoption of new managerial organisations. These structures dominated the entire sector and the creation of new technological innovations, resulting from the chemical rubber revolution initiated in the united states around 1910, further reinforced their position. Innovation was thus at the core of a social opening and structural transformations until the arrival of the large modern enterprise.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (799 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 731-783. Sources manuscrites p. 706-730

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2014
  • Bibliothèque : Université Polytechnique Hauts-de-France. Service commun de la documentation. Site du Mont Houy.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 107796
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5223
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 14431
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.