Symbiose et defense : analyse de l'activite elicitrice des polysaccharides de surface de rhizobium meliloti sur l'expression de genes de defense de medicago sativa

par ISABELLE BECQUART-DE KOZAK

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Martine Boccara.

Soutenue en 1996

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Comment rhizobium, bacterie gram negative du sol, capable d'etablir une interaction symbiotique avec la luzerne, peut-il echapper aux mecanismes de defense de sa plante hote ? afin de repondre a cette question, nous avons developpe un systeme modele, consistant a infiltrer des feuilles de luzerne par des suspensions de bacteries. Ce systeme experimental permet une interaction entre un grand nombre de bacteries et les cellules de la plante. De plus, les bacteries et les cellules de feuille sont directement en contact, ce qui n'est pas le cas dans les racines a cause de la compartimentation cellulaire. Nous avons donc infiltre differentes bacteries non pathogenes (escherichia coli ou bacillus megaterium) ou symbiotiques (rhizobium leguminosarum) afin de determiner si elles se comportaient comme rhizobium meliloti, a la fois au niveau phytopathologique (croissance des bacteries) ou moleculaire (expression de genes impliques dans les reactions de defense : chs, chr, ifr ou pr). Quelque soit la bacterie infiltree, aucune reaction hypersensible n'est observable mais une accumulation rapide des transcrits codant pour ces genes est detectee. Nous avons voulu determiner quels pouvaient etre les composants de la paroi bacterienne reconnus par les cellules de luzerne. L'infiltration par des r. Meliloti sauvages provoque une accumulation de type biphasique des transcrits codant pour les genes de la voie des isoflavonoides testes, tandis que l'infiltration de r. Meliloti autoclaves n'induit que la premiere de ces phases. Celle-ci serait donc due a la reconnaissance de composes parietaux. L'utilisation de souches mutantes (eps#-, kps#- ou eps#-kps#-), affectees dans leur composition en polysaccharides de surface, nous a permis de determiner que les kps semblaient responsables de la reconnaissance rapide entre r. Meliloti et les cellules de feuilles. L'infiltration de kps purifies dans les feuilles a confirme cette hypothese.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 231 P.
  • Annexes : 191 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.