Etude structure-fonction du facteur neurotrophique derive du cerveau (bdnf) murin. Caracterisation de residus indispensables a son activite biologique

par ANNICK MARTIN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de M.-D. DEVIGNES.

Soutenue en 1996

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La famille des neurotrophines est composee de 5 membres qui sont le facteur de croissance des nerfs ou ngf (nerve growth factor), le facteur neurotrophique derive du cerveau ou bdnf (brain-derived neurotrophic factor), la neurotrophine-3 (nt-3), la neurotrophine-4/5 (nt-4/5) et la neurotrophine-6 (nt-6). Les nombreuses etudes de mutagenese realisees sur les neurotrophines ont contribue a une meilleure comprehension de leur mode d'action. Ainsi 7 regions variables entre les neurotrophines (regions i, ii, iii, iv, v, nh#2 et cooh terminales) ont ete definies. L'etude structure-fonction que nous avons entreprise est plus particulierement centree sur les regions ii et v du bdnf murin. Ce choix a ete fait en raison de l'importance de ces regions dans l'interaction du bdnf avec son recepteur trkb. La mutagenese a ete effectuee pour les residus strictement conserves entre les especes et differents pour les autres neurotrophines sauf pour la nt-4/5 qui partage le meme recepteur trkb. La technique de mutagenese que nous avons developpee pour cette etude comprend une etape de pcr suivie de la transformation dans e. Coli. Le plasmide mute est circularise par recombinaison homologue a partir du produit de pcr. L'utilisation d'oligonucleotides degeneres au niveau de la position a muter permet d'introduire differentes mutations ponctuelles en une seule etape. Les activites biologiques du bdnf et de ses derives mutes ont ete comparees en utilisant 2 systemes biologiques differents. D'une part, les derives mutes du bdnf sont exprimes dans les cellules cos, et leur activite biologique est estimee par un test de survie neuronale. D'autre part, l'interaction entre le bdnf et son recepteur trkb est mesuree par un test de proliferation autocrine effectue sur les cellules nih 3t3. Le plasmide exprimant le recepteur trkb et le plasmide exprimant soit le bdnf sauvage, soit les derives mutes, sont cotransfectes. Le nombre de foyers obtenus est le reflet de l'interaction entre le bdnf sauvage ou mute et son recepteur. Ces travaux ont permis de mettre en evidence un role specifique exerce par certains residus. Il est interessant de noter qu'aucune des mutations affectant la region ii ne conduit a l'abolition de l'interaction avec le recepteur trkb. Par contre, l'alteration du seul residu k95 entraine des consequences importantes pour la fixation et l'activite biologique. Ces donnees pourront contribuer a la conception d'agonistes ou d'antagonistes de types peptidiques, utiles comme outils d'investigation du role in vivo du bdnf ou dans une perspective therapeutique pour les maladies neurodegeneratives


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 149 P.
  • Annexes : 209 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 1996 278
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.