Contribution a l'etude de l'innervation noradrenergique et peptidergique du tractus genital chez la ratte

par ERIC HOUDEAU

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de J.-P. ROUSSEAU.

Soutenue en 1996

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'innervation noradrenergique et peptidergique du tractus genital, et particulierement celle de l'uterus, a ete revaluee chez la ratte par plusieurs voies d'approches complementaires: les denervations chirurgicales, le marquage axonal retrograde, l'immunocytochimie et l'hybridation in situ, utilisees seules ou en combinaison. Il ressort que le plexus pelvien ne compte que 10% de neurones noradrenergiques, dont seule une fraction mineure innerve la partie basse du tractus genital: ce relais ganglionnaire du systeme nerveux autonome ne joue pas le role preponderant que lui attribue la litterature dans l'innervation noradrenergique du tractus genital. En fait, la partie anterieure de l'uterus est innervee par des neurones noradrenergiques situes dans les ganglions suprarenaux, sa partie posterieure et le cervix sont innerves par des neurones noradrenergiques principalement localises dans les ganglions l2 a l4 de la chaine paravertebrale. Les axones de ces derniers participent aux nerfs splanchniques lombaires, traversent les plexus pelviens avant d'aborder le tractus genital par sa partie posterieure. Les plexus pelviens comprennent surtout des neurones peptidergiques. Leur structure ganglionnaire la plus importante, le ganglion paracervical, comprend environ 50% de neurones exprimant le vip et 80% de neurones exprimant le npy. La majorite des neurones npy sont non noradrenergiques et le plus souvent vipergiques: ils innervent presqu'exclusivement le cervix et la partie basse de l'uterus. En conclusion, notre etude montre que les deux extremites du tractus genital sont sous le controle de populations distinctes de neurones noradrenergiques. Les plexus pelviens sont plutot specialises dans l'innervation peptidergique non noradrenergique de la region posterieure du tractus genital. Ces donnees suggerent que les regions anterieure et posterieure de l'uterus sont soumises a des regulations nerveuses specifiques et cette dualite d'innervation doit etre prise en compte pour etudier le role du systeme nerveux dans le controle de l'activite motrice de l'uterus


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 117 P.
  • Annexes : 170 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.