Structure et evolution du genome mitochondrial de l'algue brune pylaiella littoralis

par Jean-Marc Fontaine

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Susan Loiseaux-de Goër.

Soutenue en 1996

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le genome mitochondrial de pylaiella littoralis est un genome circulaire de taille moyenne, 58 kbp. Le sequencage systematique de chaque clone representatif de ce genome a permis d'etablir une carte genomique presque complete, d'identifier une cinquantaine de genes, et de localiser la presence de zones promotrices putatives de type eubacterien a facteur -70. La phylogenie du gene 23s a ete etudie, ceci par la realisation de la structure secondaire et de l'alignement de sa sequence avec celles de genes homologues provenant d'autres organismes. Les resultats montrent que ce gene est plus proche de ceux des proteobacteries que ceux des autres organismes. Un total de quatre introns de groupe iib a ete identifie dans le gene specifiant l'arn 23s et de trois introns de groupe iia dans le gene specifiant le coxi. Ces introns sont des arns autocatalytiques, c'est a dire ayant la possibilite de s'autoepisser in vitro. Certains de ces introns peuvent posseder des phases de lecture ouverte (orfs) apparentees a des transcriptases inverses (ti). Des etudes phylogenetiques fondees d'une part sur les orfs des introns de groupe iib et d'autre part sur les orfs des introns de groupe iia montrent que les deux premiers introns du 23s semblent avoir un ancetre commun avec un intron present dans les cyanobacteries et les plastes, et de facon surprenante, sont moins proches de ceux des mitochondries de levures et de marchantia polymorpha. Au contraire les ti contenues dans les trois introns du gene coxi sont proches des ti de tous les introns mitochondriaux connus. Nous avons montres que ces orf coevoluent avec les introns et appartiennent a deux lignees differentes. Nous discutons egalement de l'origine de ces introns. Des experiences d'autoepissage in vitro pour certains de ces introns ont permis d'observer une forte activite d'autoepissage a tres basse concentration en mgcl#2, ce qui constitue le premier exemple d'autoepissage se rapprochant des conditions physiologiques. En resume il semble que cette molecule ait conserve des caracteristiques plus primitives que les autres genomes mitochondriaux etudies. Ces resultats sont discutes dans le cadre de la theorie endosymbiotique sur l'origine et l'evolution des mitochondries


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 210 P.
  • Annexes : 357 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Station biologique. Service de documentation scientifique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M-310519960002
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.