Vulnerabilite differentielle des neurones dopaminergiques dans la maladie de parkinson : un role du stress oxydatif et de l'environnement glial ?

par Philippe Damier

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de E. HIRSCH.

Soutenue en 1996

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Pour aborder les mecanismes de la mort neuronale dans les maladies neurodegeneratives, la maladie de parkinson a ete choisie comme modele d'etude. Dans cette maladie en effet, seule une sous-population tres selective de neurones dopaminergiques est detruite. En outre, les lesions suivent une progression temporo-spatiale specifique en cours d'evolution de la pathologie. Pour comprendre les raisons d'une telle distribution lesionnelle, nous avons cherche s'il existait, chez le sujet temoin, des variations phenotypiques entre les neurones dopaminergiques des differentes regions mesencephaliques, susceptibles d'expliquer pourquoi certaines regions etaient plus affectees que d'autres au cours de la maladie de parkinson. L'environnement astroglial des neurones dopaminergiques semble jouer un role important dans cette selectivite lesionnelle. Ches le sujet temoin, la glie apparait prendre en charge une partie du catabolisme oxydatif de la dopamine et exercer une protection des neurones dopaminergiques contre le stress oxydatif, auquel ils sont fortement exposes. Dans la maladie de parkinson, les neurones dopaminergiques qui degenerent sont ceux qui, de facon constitutive, sont entoures par l'environnement astroglial le moins dense


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 310 P.
  • Annexes : 308 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1996
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.