Expression des antigènes HLA de classe II en relation avec l'infiltration lymphocytaire dans la muqueuse des voies aériennes : études sur les polypes du nez et les bronches transplantées

par Donghao Wang

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Régis Matran.

Soutenue en 1996

à Paris 5 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'infiltration lymphocytaire et l'expression des molécules HLA de classe II ont été étudiées dans la muqueuse des voies aériennes (épithélium et chorion) dans deux situations pathologiques pour lesquelles le système immunitaire est impliqué (polypose nasale et transplantation pulmonaire expérimentale). Tous les polypes étudiés (n=62) expriment les molécules HLA de classe I alors que 53,2% (n=33) expriment les molécules HLA de classe II (DR, DP et DQ seul ou associés). Dans le cas d'une polypose isolée (n=20), on observe l'expression des molécules HLA de classe II dans 40% des polypes. Lorsque la polypose est associée à une affection connue (asthme, atopie, Triade de Widal ou mucoviscidose), l'épithélium exprime des molécules de classe II dans 59% des cas (p<0,05 comparé aux polyposes isolées). Chez 7 patients atteints de mucoviscidose, l'épithélium exprime uniquement DR. L'infiltration lymphocytaire (CD4+, CD8+ et CD 25+) étudiée dans l'épithélium et le chorion de 34 polypes est caractérisée par la prédominance significative de CD8+ par rapport à CD4+ et CD25+ (CD8+ > CD4+ > CD25+). L'infiltration lymphocytaire (CD8+ et CD4+, CD8+ > CD4+) est significativement plus importante dans l'épithélium par rapport au chorion (p<0,001) dans les tissus exprimant les molécules HLA de classe II. Le contrôle pré ou post transcriptionnel de l'expression des molécules HLA de classe II a été étudié par la technique de " rétrotranscription " sur des cellules épithéliales en culture primaire. Les cellules provenant de polypes exprimant HLA de classe II (10 cas/11) possèdent les transcrits mARN DR, DP, DQ correspondants. A l'inverse, les cellules épithéliales provenant des polypes qui n'expriment pas HLA de classe II (8 cas/10), n'ont pas de transcrits. L'addition d'interféron ? dans les milieux de culture entraîne dans tous les cas l'apparition des transcrits DR, DP, DQ. Ces résultats suggèrent un contrôle pré-transcriptionnel dans les cellules épithéliales. Nous avons comparé l'expression des molécules HLA de classe II et l'infiltration lymphocytaire dans l'épithélium et le chorion bronchiques après allotransplantation pulmonaire expérimentale chez le porc. Les animaux recevaient un traitement immunosuppresseur associant cyclosporine A, azathioprine et corticoïdes. L'épithelium des voies aériennes n'exprime jamais les molécules SLA de classe II chez ces animaux immunodéprimés. L'infiltration lymphocytaire (CD4+ et CD8+) est caractérisée par une nette prédominance de CD8+ par rapport à CD4+ (p<0,001) dans les bronches transplantées et natives chez tous les animaux. L'infiltration est plus importante dans tous les épithéliums des voies aériennes. Nos résultats suggèrent une prédominance des lymphocytes cytotoxiques (CD8+) dans les épithéliums des voies aériennes lors de polypose nasale et de poumons transplantés chez le porc. L'infiltrat lymphocytaire semble identique dans ces deux affections. Par contre, l'épithélium exprime les molécules HLA de classe II dans les polypes seulement et pas dans les bronches du poumon transplanté. Il ne semble donc pas exister de relation de causalité entre ces deux phénomènes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. III (57 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.