De l'audition à l'intellection : naissance et développement de aïsthanomaï et de sa famille de l'époque archaïque à la fin du Vème siècle

par Isabelle Boehm

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Jacques Jouanna.

Soutenue en 1996

à Paris 4 .


  • Résumé

    Parmi les termes désignant les opérations sensorielles, aisthanomai se distingue par son sens, sa formation et son histoire. Signifiant "percevoir" par un ou plusieurs sens, mais aussi "se rendre compte" et formé à partir de aio, "écouter", utilisé dans les textes archaïques, il n'apparait qu'à l'époque classique. L'étude comparée de aio et des autres termes désignant l'audition (akouo et kluo) chez Homère, Hésiode et Pindare montre que l'audition est envisagée par rapport à la réaction provoquée chez l'auditeur. Encore utilisé comme archaïsme dans les parties lyriques de tragédies au Vème siècle, aio s'applique en particulier à l'audition dans le noir, où l'esprit identifie ce qu'il ne voit pas. Aisthanomai peut avoir exactement le même sens. Mais la majorité de ses emplois, dès la première attestation (catalogue des femmes) correspond à une prise de conscience, à partir des sens, l'audition surtout. Les éléments constitutifs du verbe (*h2ew-, "audition" et ou "vision"-sanskrit avis-, à rapprocher de *weid-, "vision" "connaissance", *-dh associé à l'infixe nasal, et les désinences moyennes) sont caractéristiques des verbes de perception et d'intellection. Aisthanomai, qui se développe donc au Vème siècle à partir de l'audition, instrument de la connaissance, est représentatif de la pensée grecque: intellection et perception ne forment qu'un.

  • Titre traduit

    From hearing to intellection : birth and development of aisthanomai and its family since archaic period to the end of the 5th century b.c


  • Résumé

    Among the terms designating the five senses, aisthanomai distinguishes itself by its meaning, its formation and its history. Meaning "to perceive" through one or more senses, but also "to realize", and originating form aio "to listen", used in archaic texts, it makes its appearance only in classical times. The compared study of aio and other words (akouo, kluo) designating the hearing (of sounds) in Homer, Hesiod and Pindar, shows that hearing is related to the reaction caused to the listener. Still used as an archaism in the lyrical parts of tragedies in the 5th century b. C. , aio particularly stands for listening in the dark, when the mind identifies what it does not see. Aisthanomai can have exactly the same meaning. But the majority of its uses, since its first know appearance (catalogue of women) correspond to consciousness thanks to the senses, to hearing in particular. The elements constituting the verb (*h2ew-"hearing" and or "vision" -sanskrit avis-to relate to *weid-, "vision", "knowledge", *-dh-associated to the nasal infix, and the medium terminations) are characteristic of the verbs designating intellect and perception. Aisthanomai, which develops during the 5th century from the hearing sense, an instrument of knowledge, is representative of Greek thinking=intellect and perception are one.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3720
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 380

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5454
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.