Les exclus du royaume : l'Inquisition portugaise et le bannissement au Brésil - 17e siècle

par Geraldo Pieroni

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Katia Mytilineou de Queirós Mattoso.

Soutenue en 1996

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette étude porte sur les exclus du royaume portugais au XVIIe siècle et sur le rôle de l'Inquisition et des bannissements au Brésil, mécanisme punitif privilégié du Saint-Office. Qui étaient ces condamnés? Pourquoi avaient-ils été bannis? Le bannissement devait-il contribuer au peuplement des terres brésiliennes? Pour répondre à ces questions et a beaucoup d'autres il convenait d'analyser institutions et législations concernant le bannissement, puis d'examiner les crimes et histoires personnelles, variées et pitoyables, des condamnés à la déportation outre-mer. Leurs délits sont presque toujours de nature religieuse ou morale. Ils touchent à la foi ou à la sexualité : nouveaux chrétiens, bigames, sodomites, prêtres séducteurs, sorciers, visionnaires, blasphémateurs, imposteurs. Ceux qui n'ont pas respecté le fameux secret derrière lequel l'Inquisition se cache pour mieux se faire craindre sont, eux aussi, souvent punis de bannissement. Enfin dans une dernière partie nous essayons de suivre les bannis après le jugement, en particulier les bannis de l'Inquisition envoyés au Brésil. Pour le Saint-Office, le bannissement avait un double rôle : d'une part il était un mécanisme de défense de l'ordre religieux et social; et d'autre part, il était un processus individuel de purification des péchés commis. Nous ne pouvons donc étudier le bannissement inquisitorial au Portugal sans tenir compte de la dimension pénitentielle des peines.

  • Titre traduit

    The Portuguese Inquisition and Banishment to Brazil (17th Century)


  • Résumé

    Public authorities have always fought against the criminal world and, in order to achieve a harmonious society (at least theoretically), have organised judiciary systems that were strong and coercive. These were considered by their magistrates as essentially necessary for the defences of community. The practice of excluding undesirables from a community by arresting and condemning them to banishment has always existed in human society. The history of banishment in Portugal acquired new angles with the maritime expansion of the 15th 16th centuries and the establishment of the Inquisition in Portugal. Who were the people condemned? Was the exclusion of undesirable elements from the community used by the holy-office both as a means of achieving social normalisation and of populating recently discovered lands? By studying the royal laws and inquisitorial regulations, one perceives that most of the banished were punished for crimes against morals and religion. They were new Christians, witches, blasphemers, visionaries, sodomites, bigamists, immoral and false priests. . . For the inquisition, banishment functioned as a necessary religious and social defence against heterodox infection, while at the same time serving as a mystical procedure for the purification of sins ministers of the holy-office used as many castigations and banishments as possible to insure proper purification. Both social normalisation and the expiation of sins fit perfectly in the practice of banishment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Thèse non corrigée

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3812
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.