Les représentations de la femme à la fin du XIXe siècle - la figure de Salomé et le dialogue entre la littérature et les arts (1870-1914)

par Mireille Dottin-Orsini

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation comparées

Sous la direction de Pierre Brunel.

Soutenue en 1996

à Paris 4 .


  • Résumé

    A la fin du XIXe siècle, la mutation de la figure féminine, de la muse romantique au poncif de la "femme fatale", instaure un dialogue entre littérature et peinture qui manifeste avec une étonnante brutalité l'obsession d'une féminité exacerbée et de sa dangerosité ontologique. Un discours ambivalent donne la femme comme source de mort, mais la désigne aussi comme devant être tuée. L'autorité de la parole scientifique, en particulier médicale, vient nourrir et conforter les affirmations misogynes : un vampirisme féminin est ainsi relié à la physiologie pour devenir fait de nature. Le mythe littéraire et pictural d'une Salomé fin-de-siècle, développé dans toutes les formes d'expression artistique, en présente l'illustration éclatante. Il confère à l'obsession une dimension éternelle ; il lui apporte la caution de l'art par l'évocation de tableaux célèbres, ceux de Regnault ou de Gustave Moreau, mais s'annexe aussi bien les peintures de la Renaissance ; il la dote d'éléments décoratifs ; il propose enfin un résumé spectaculaire et définitif de la guerre des sexes. Le scenario biblique originel est subverti jusqu'à faire de la danseuse une figure quasi divine, sur laquelle sont projetées toutes les hantises de l'altérité féminine et de l'éros fin-de-siècle. Mythe daté, dont un recensement montre l'importance, mais également le caractère répétitif, et qu'une dimension parodique omniprésente vient tenir à distance et banaliser dans le même mouvement.

  • Titre traduit

    Woman as represented in the late XIXth century - the Salomé figure : a dialogue between arts and literature


  • Résumé

    In the late XIXth century, the changing woman figure, from the romantic muse to the femme fatale cliché, triggers off a dialogue between literature and painting which pushes into the limelight the obsession of the ontologically threatening exacerbated feminity. Woman is ambiguously presented as both giving death and sentenced to death. Scientists, more particularly physicians, confirm and foster the current misogynous statements, helping to turn female vampirism into a natural fact. This obsession is brilliantly illustrated by the manifold representations of the literary and pictorial myth of a fin de siecle Salome which gives it an eternal value, as well as the artistic guarantee of contemporary painters like Regnault and Gustave Moreau or even of renaissance painters. It also endows it with decorative elements and, lastly, sums up the war of the sexes in a most striking and final way. The biblical account is tampered with to the point of turning the dancer into a near goddess laden with the haunting fears born from female otherness and fin de siecle Eros. A period myth, both important and repetitive, but kept at a distance and made trite by omnipresent parody.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3608

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5090
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.