Les annees romaines de pierre mignard (1635-1656)

par Jean-Claude Boyer

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Jacques Thuillier.

Soutenue en 1996

à Paris 4 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La these porte sur les annees romaines de pierre mignard (troyes, 1612 - paris, 1695), sejour capital de plus de vingt ans (1635-1656) jusqu'ici tres mal connu. La monographie de l'abbe de monville (1730) est a ce sujet particulierement decevante, et l'etude a du etre reprise a peu pres ex nihilo. Une des difficultes de l'enquete tenait a son caractere double : installe en italie, mignard resta toujours en rapport avec son pays d'origine, et les recherches, tant bibliographiques que documentaires, ont du etre menees aussi bien a partir de sources francaises (parisiennes, mais egalement provencales ou lyonnaises) que dans les fonds italiens (surtout a rome, mais aussi a florence, lorette ou venise). La carriere, dont la chronologie s'appuie desormais sur des documents surs, se divise en quatre periodes. Dans un premier temps, mignard travaille a s'imposer sur la scene romaine : sa participation a la grande commande des tableaux la ferte couronne ces efforts. Des lors, il compte au nombre des personnalites de premier plan, recoit des commandes prestigieuses et sait attirer autour de lui artistes et theoriciens en vue. Vers 1648, l'affaire du concours de san carlo ai catinari marque un tournant : mignard regarde de plus en plus vers la france, ou il prend soin de diffuser ses creations grace aux estampes gravees a rome par f. De poilly, et son voyage en italie du nord est une sorte de revision generale. Enfin les annees 1655-1656 sont une minutieuse preparation au depart. L'evolution de l'art suit un autre rythme. Celui-ci est d'abord rapide : mignard, qui abandonne prestement toute reference a son maitre parisien simon vouet, multiplie les experiences et se fait l'emule de novateurs comme lanfranc ou poussin. Mais des les annees quarante, au moment ou son ami dufresnoy met au point ses theories sur l'art, son choix se fixe sur la grande tradition classique qui, issue de raphael et poursuivie par les carrache, est maintenue par les grands bolonais. Mignard ne deviera plus de cette voie : s'il reste ouvert a des influences tres diverses, il les interprete desormais a la lumiere de cette esthetique. Le catalogue (124 numeros) est chronologique et regroupe les oeuvres (gravure, dessins, peintures, copies d'apres les maitres) qui ont pu etre retrouvees ou dont les sources attestent l'existence. Les oeuvres refusees sont classees a part. Une annexe rassemble, annee par annee, tous les documents relatifs au sejour romain de mignard. La bibliographie (549 titres) est chronologique et reduite au minimum. Les catalogues de musees et de ventes aux encheres, les pieces d'archives, d'autres ouvrages, sont cites directement dans le corps de l'etude.

  • Titre traduit

    Pierre mignard : the roman years (1635-1656)


  • Résumé

    This thesis concerns the roman journey (about twenty years, 1635-1656), hitherto misunderstood, of pierre mignard (troyes, 1612- paris, 1695). The monograph by the abbe de monville (1730) is particularly disappointing, and the study remained to be done ex nihilo. Among the difficulties of the inquiry, its double face : living in italy, mignard stayed always in touch with his native country. The research, as bibliographical as documentary, has to be done from french sources (in paris, but also in lyons or provence) together with italian (especially in rome, but also in florence, loreto or venice). The career, of which chronology depends now on reliable documents, is divided in four periods. At the beginning, mignard is trying to impose himself on the roman stage : his involvement in the big la ferte commission achieves his efforts. Then he stands among the first-rank personnalities, obtains prestigious commissions and knows how to attract important artists and theoreticians. About 1648, the affair of the san carlo ai catinari competition is a turning point : mignard looks more and more toward france, where he carefully diffuses his own creations through the print made in rome by f. De poilly, and his tour in northern italy is a kind of general review. Finally the 1655-1656's are a keen preparation to departure. The evolution of the art follows another rythm. First it is fast : mignard, who is leaving quickly every reference to his parisian master simon vouet, multiply experiments and try to emulate such innovators as lanfranco or poussin. But since the forties, when his friend dufresnoy is fixing his artistical theories, he chooses the great classical tradition which, born from raphael and followed by the carracci, is maintained by the great masters from bologna. Mignard will never deviate off this way : although remaining openminded to different influences, he now interprets them in reference to this new esthetic. The catalogue (124 entries) is chronological and gathers works (prints, drawings, paintings, copies from the masters) that have been recovered or are attested by sources. The works refused are classified apart. One annex gathers, year after year, every document concerning the roman journey of mignard. The bibliography (549 titles) is chronological and reduced to a minimum. Museums catalogues, auctions catalogues, archives pieces, other works, are quoted directly within the study.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3575

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3575
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5138
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1769
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1830
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.