Le commencement philosophique selon hegel et schelling

par Franck Fischbach

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de BERNARD BOURGEOIS.

Soutenue en 1996

à Paris 1 .


  • Résumé

    De reinhold a hegel en passant par fichte et schelling, les philosophes de l'idealisme allemand ont ete confrontes a l'obligation de donner une reponse a la question suivante : quel doit-etre le commencement de la philosophie, etant entendu que la figure vraie de celle-ci est le systeme du savoir ou de la science ? cette question est une question de droit et non pas de fait : notre enquete ne porte donc pas sur le commencement historique de la philosophie, sur sa naissance en grece ou ailleurs. Il est question ici de la maniere dont la philosophie, en tant que systeme certain s'assignant la prise en vue de la totalite de l'etant, doit commencer de telle sorte que ce commencement soit praticable par et pour un sujet philosophant au depart exterieur au systeme (c'est la question du commencement subjectif de la philosophie). La question se pose a la marge du systeme lui-meme, au niveau de l'articulation entre d'une part un discours qui se presente comme le savoir meme, c'est-a-dire comme l'autopresentation de l'absolu en personne, et d'autre part un sujet destinataire de ce discours, se pensant exterieur au savoir et se determinant comme sujet simplement philo-sophant, c'est-a-dire aspirant seulement au savoir. Nous partons de la solution originale donnee par hegel a ce probleme sous la forme d'une phenomenologie de l'esprit, d'une science de l'elevation de la conscience naturelle a la science. Cette solution hegelienne s'etant delivree en meme temps sous la forme d'une critique de la philosophie schellingienne de l'identite et de son commencement immediat par pure et simple elimination du sujet philosophant dans l'intuition intellectuelle de l'absolu, nous reprenons le debat hegel-schelling la ou eux-memes l'on laisse et nous interpretons la suite de l'itineraire schellingien comme la recherche d'une solution au probleme du commencement philosophique : en ce sens, la philosophie negative apparait comme une propedeutique scientifique a la science proprement dite, c'est-a-dire a la philosophie positive.

  • Titre traduit

    The philosophical beginning according to hegel and schelling


  • Résumé

    The subject of this research is the subjective beginning of philosophie, and not the objective beginning of philosophie, well known under the name of first principle or fondation of the system. The problem is this of the relationship between the philosopher on one side and the system of science on the other side. This question was the reason for the philosophical divorce between hegel and schelling in 1807. Schelling had pretented in his first philosophie that the beginning of philosophie supposed the elimination of the subjective and limited philo-sopher in the intellectual intuition of the absolute. Hegel insisted on the contrary on the possibility of a gradual elevation from the limited knowledge of the philosopher to the science or "absolute knowledge" : this plan has been carry out in the phenomenologie of mind as scientifical introduction into the science. The other questions we treat of are the next : did hegel maintain this solution to the problem of philosophical beginning or did he finally prefer (in his encyclopedie of philosophical sciences) this other solution which consists in a decision or resolution for the pure thinking ? and did not schelling finally, in his last philosophie, arrive to a similar solution in that meaning that his negative philosophie can be interpreted as a scientifical introduction into the science (which is the positive or historical philosophie) ? we end in the conclusion that hegel and schelling are more close than usually said, and that they did together achieve the german idealism.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Librairie philosophique J. Vrin à Paris

Du commencement en philosophie : étude sur Hegel et Schelling


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (750 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5618
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Librairie philosophique J. Vrin à Paris

Informations

  • Sous le titre : Du commencement en philosophie : étude sur Hegel et Schelling
  • Dans la collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
  • Détails : 1 vol. (385 p.)
  • ISBN : 2-7116-1390-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [383]-385. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.