La société janséniste parisienne (1640-1730)

par Marie-José Michel

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean Jacquart.

Soutenue en 1996

à Paris 1 .


  • Résumé

    La logique suivie a consisté à comprendre comment la société française avait été progressivement "jansénisée" pendant l'ancien régime. Le cadre géographique retenu est celui de Paris et ses environs. 1640 et 1730 ont servi de balises chronologiques : le début de l'influence de Saint-Cyran et de Jansen en France, et la fin du mouvement imposée par une accumulation de condamnations officielles. L'utilisation d'archives paroissiales, de mémoires et pamphlets polémiques, gravures satiriques et listes d'appelants, a permis de cerner le mouvement dans son ampleur et sa durée. Les jansénistes offrent alors un nouveau chemin vers Dieu, fondé sur une "conversion" individuelle, qui se poursuit par un parcours spirituel exigeant de méfiance vis-à-vis du monde et de quête de l'absolu de Dieu. Ce travail a longtemps déchainé passions et polémiques, la défense des jansénistes eux-mêmes, les critiques cinglantes des jésuites, puis les réactions diverses des philosophes, des hommes de lettres et de l'église. Les jansénismes parisien et français ne deviennent objets d'histoire que depuis les années trente de ce siècle. La "jansénisation" parisienne s'est faite en deux phases distinctes : la première de 1640 à 1709 à partir d'êtres exceptionnels comme Saint-Cyran, Mère Angélique Arnauld, et de grands directeurs spirituels du mouvement. Avec des moyens adaptés à la société du temps, ils ont entrepris la "jansénisation" proliférante des élites déçues. Le mouvement atteint toute son ampleur de 1709 à 1730, grâce à des bataillons d'ecclésiastiques jansénisés qui entreprennent un travail de fonds en paroisse auprès des adultes et des enfants : vers 1730 les deux tiers de la population sont jansenisés. Ce succès s'explique par la qualité du projet proposé, adapté aux angoisses du temps et qui mobilise beaucoup mieux que l'absolutisme monarchique ou le catholicisme romain triomphant.

  • Titre traduit

    The Parisian jansenist society (1640-1730)


  • Résumé

    The approach is based on an attempt to understand how french society was progressively "jansenisee" during the "ancien regime". The geographical framework is paris and its surroundings. 1640 and 1730 mark the beginning and the end of the study : from the influence of Saint-Cyran and jansen in France to the demise of the movement made inevitable by an accumulation of official condemnations. The importance and duration of this movement have been assessed using parochial archives, memoires, political pamphlets, satirical drawings and lists of "appelants". The jansenists at that time showed a new path to God, based on an individual "conversion" implying a spiritual development based on suspicion of the world and a quest for the absolute nature of god. This work gave rise to various passions and polemics, the defence of the jansenists themselves, the cutting criticism of the jesuits, then to the various reactions of philosophers, writers and the church over a long period. Jansenism in paris and france only became the subject of historical studies in the 1930s. "jansenisation" in paris spread over two distinct stages : the first from 1640 to 1709 springing from some outstanding individuals such as Saint-Cyran, Mother Angélique Arnauld, and the major spiritual leaders of the movement. With means adapted to the society of the time they understook a widereaching "jansenisation" of the disappointed elite. The movement reaches a peak between 1709 and 1730 based on a great number of jansenized clergy who knuckled down to the task of working at the parish level on adults and children : around 1730 two thirds of the population were "jansenized". This sucess was due to the quality of the mission which was adapted to the fears of the times and more inspiring than absolute monarchism

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Klincksieck à Paris

Jansénisme et Paris : 1640-1730


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (279 f., F.281-519)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 1954
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5081
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 15615
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Klincksieck à Paris

Informations

  • Sous le titre : Jansénisme et Paris : 1640-1730
  • Dans la collection : Port-Royal , 10
  • Détails : 1 vol. (507 p.)
  • ISBN : 2-252-03312-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [471]-493. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.