La vie quotidienne des anciens marquisiens d'apres les premiers documents europeens : un exemple le tatouage

par Madeleine Ottino de Bergh

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de José Garanger.

Soutenue en 1996

à Paris 1 .


  • Résumé

    Dans un pays ou l'ecrit n'existait pas, le marquisien developpa un cadage de sa situation par rapport au sacre et au profane, comme bien d'autres peuple d'oceanie, qu'il exprima, plus que d'autres, sur sa peau. Cette pratique concernait l'ensemble des membres de cette societe, a des degres divers, et selon des regles strictes jusqu'au 18e siecle, ceci n'excluant pas des considerations esthetiques. Le repertoire iconographique auquel il est fait appel est le plus riche de polynesie; il en va de meme pour l'eventail des noms qui permettent de definir les motifs. Plus de 400 ont ete conserves; leur approche, par l'etude de la langue, les images et la place de cette pratique dans la vie de l'archipel, devrait contribuer a dessiner les premiers elements d'une histoire des mentalites, encore inexistante, et a mieux situer la place de l'individu, la perception de son etat et des multiples facettes de son etre et de l'univers.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (833 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1905
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.