L'image de la France dans l'Allemagne hitlérienne et pendant l'après-guerre immédiat

par Wolfgang Geiger

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Jean-Claude François.

Soutenue en 1996

à Nantes .


  • Résumé

    L'image de la france et des francais est analysee a partir d'une centaine de monographies (politiques et historiques, reportages journalistiques, souvenirs de soldats). Pour la periode de la guerre, on a depouille egalement l'hebdomadaire das reich et les revues specialisees, ainsi que les documents d'archives relatifs a la perception des francais par les autorites allemandes et a la propagande culturelle de l'occupant. L'analyse montre que, jusqu'en 1938, dans le cadre de la "propagande de paix" hitlerienne, des appreciations differentes de la france pouvaient coexister: l'approche nationaliste, mais teintee d'un sentiment d'"amourhaine", de friedrich sieburg, puis l'approche francophile de paul distelbarth (doublee d'une defense de l'allemagne hitlerienne dans l'edition francaise de son livre), et enfin l'ethno-racisme des soi-disant "raciologues". L'opposition antinomique, plus ancienne, de l'etre" francais et de l'"etre" allemand, culminant dans l'idee que les francais travaillent pour vivre tandis que les allemands vivent pour travailler, restait neanmoins le denominateur commun. Des jugements politiques divergents sur la part de la "culpabilite francaise" dans cette guerre s'opposerent pourtant meme a travers les ecrits de propagande de 1939 40. Derriere les problemes de tactique qui dominerent ensuite les annees d'occupation, centres sur la question de la collaboration du point de vue allemand, la perception stereotypee des francais se renforca, mais plus d'un auteur ne fut pas sans trahir un sentiment d'ambiguite, porte jusqu'a l'"amour-haine" de type sieburgien, ne serait-ce que sous la forme d'une jalousie concernant le statut de l'intellectuel et de la culture en general en france. Les francais etaient-ils capables de changer d'attitude, sous l'impact de la victoire allemande et de la contrainte d'une collaboration economique avec l'occupant, telle fut pourtant la question qui domina les ecrits sur la france de vichy. La derniere partie montre dans quelle mesure, par dela la rupture politique de 1945, beaucoup de ces stereotypes persisterent dans l'allemagne occidentale occupee.


  • Résumé

    This analysis of the image of france and the french is based on about a hundred of monographs (political and historical works, journalistic reports, memories of soldiers). Concerning the war period, we have also exploited the weekly das reich and special reviews as well as archive documents dealing with the perception of the french by the german authorities and with their cultural propaganda. The analysis demonstrates that until 1938, in the context of hitler's peace propaganda", different views of the french could coexist: first, friedrich sieburg's approach which was nevertheless marked by a sentiment of "love and hate", second, paul distelbarth's francophile approach (eclipsed by the defense of nazi germany in the french edition of his book); and third, the ethno-racism of the so-called "raciologues". But all tendencies agreed on the antithetical opposition between french and german "being", culminating in the idea that the french work for living whereas the german live for working. But different political judgements about the degree of "french guiltiness" in this war were opposing each other even in the propaganda writings of 1939 40. Behind the problems of tactics which dominated during the occupation of france, concerning the question of collaboration from the german point of view, the stereotypical perception of the french was intensified, but more than one author revealed a sentiment of ambiguity or even of "love and hate" in a sieburgian way, at least by being jealous of the status of the intellectuals and more generally of culture in france. Were the french able to change their attitude after german victory and under the pressure of collaboration, this was the question dominating the writings about vichy france. The last part of the thesis points out in which mesure many of these stereotypes persisted in occupied western germany, beyond the political turn of 1945.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

L'image de la France dans l'Allemagne nazie, 1933-1945


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1051 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL Nantes 1996 GEI (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Informations

  • Sous le titre : L'image de la France dans l'Allemagne nazie, 1933-1945
  • Dans la collection : Histoire , 1255-2364
  • Détails : 1 vol. (412 p.)
  • ISBN : 2-86847-374-1
  • Annexes : Bibliogr. p. 405-409. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?