Essais de modulation du diabete de type 1 chez la souris non obese diabetic (nod) par l'administration de substances insulinosecretrices ou de cyclosporine a

par Odile Sénécat

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de P. SAI.

Soutenue en 1996

à Nantes .


  • Résumé

    Le diabete de type 1 est une maladie autoimmune genetiquement programmee resultant d'une destruction des cellules beta des ilots de langerhans aboutissant a une carence absolue en insuline. L'etude de l'autoimmunite est facilitee par l'existence de modeles animaux de diabete de type 1, dont la souris non-obese diabetic (nod). Dans une premiere partie, l'auteur expose les connaissances actuelles sur le diabete autoimmun. Dans une seconde partie, l'auteur presente ses travaux realises chez la souris nod. Les experiences realisees visaient a moduler le decours du diabete, en agissant tres precocement, pendant la periode neonatale (ou finit de s'etablir la tolerance immunitaire), soit sur la cellule cible beta-insulaire, par des injections neonatales de substances insulinosecretrices (le glucose et l'arginine), soit sur le systeme immunitaire, par des injections d'un immunosuppresseur (la cyclosporine a). L'administration neonatale de glucose et d'arginine augmente l'incidence du diabete et la severite de l'insulite chez les femelles nod et augmente, dans les deux sexes, l'expression d'autoantigenes pancreatiques: acide glutamique decarboxylase (gad) et antigenes cibles des anticorps anti-cellules d'ilots (ica). Ce traitement metabolique neonatal semble avoir augmente l'antigenicite des ilots de langherans, conduisant a l'emergence clinique de la maladie chez les femelles, mais pas chez les males nod qui sont pourvus de puissants mecanismes suppresseurs les rendant plus resistants au diabete. Les injections neonatales de cyclosporine a augmentent egalement l'incidence du diabete et la gravite de l'insulite chez les souris nod. Ce traitement immunosuppresseur perturbe la maturation thymique des lymphocytes t et inhibe la fonction de cellules suppressives, accelerant la progression vers un diabete clinique dans les deux sexes. Enfin, dans un dernier travail, une breve administration orale de cyclosporine a a des souris nod de 2 mois entraine, de facon surprenante, une diminution dose-dependante de l'expression de la gad et des antigenes cibles des ica. Cet effet inattendu de la cyclosporine a est obtenu avec des doses plus faibles et est plus lentement reversible que l'effet immunosuppresseur ; ses consequences sur l'evolution du diabete de la souris nod restent a etudier


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 162 P.
  • Annexes : 563 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 96 NANT 2076
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 96 NANT 2076
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.