L'accolade au contestataire : les films d'Ettore Scola entre 1969 et 1974 : l'emergence d'un cinéaste

par Oreste Sacchelli

Thèse de doctorat en Etudes cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Bruno Toppan.

Soutenue en 1996

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Les années 70 marquent une grande crise du cinéma italien : chute de la fréquentation et perte importante de parts de marché liées à la fin des récits sériels, comme le western. Toutefois, c'est la comédie qui manifeste le mieux cette crise. C’est alors un genre codifié, qui a assimilé tous les changements politiques, sociaux et cinématographiques. Autour de 1960, elle est essentiellement satire sociale et sa diffusion s'appuie sur une idée implicite du spectateur moyen qui partagerait le credo idéologique des auteurs. Autour de 1968, de jeunes auteurs dénoncent la satire sociale comme alliée objective du système, produit aliénant de l'industrie culturelle. Le problème du spectateur est posé. Quel cinéma faut-il faire et pour qui? Les films qu'Ettore Scola signe dans cette période portent la marque de ces interrogations et témoignent d'une recherche de synthèse entre un cinéma socialement et politiquement utile et les systèmes de production courants. C’est le signe de l'émergence d'un auteur. Ses films marquent la rupture avec les codes courants de la comédie italienne mais aussi la volonté de garder le contact avec son public pour lui tenir un propos démystifiant. Un nouveau spectateur potentiel apparait, le jeune contestataire. L’identité des idéaux d'une génération à l'autre fonde une nouvelle communication nécessaire sur laquelle Scola fonde une nouvelle utilité pour son œuvre.

  • Titre traduit

    Hug to the anti-establishment youth Ettore Scola's cinema between 1969 and 1974 : a author emerges


  • Résumé

    The seventies are marked by a major crisis for the Italian cinema: a drop in the number of tickets sold at the box office and a significant fall in the market shares due to the end of serial stories such as westerns. Comedies, however, best embody the crises. They were, at the time, a set genre having incorporated the whole array of political, social and film changers. Around 1960, a comedy was essentially social satire based on implicit view of the average filmgoer who had the same ideological beliefs as the filmmakers. Around 1968, young filmmakers denounced social satires as being the connective ally of the system and an alienating product of the cultural industry. The issue of the audience had been razed. What films should be made and for whom? Ettore Scola's films during that time period are imprinted with these questions and bear witness to a quest for a synthesis between a socially and politically useful cinema and the standard production systems. All this denotes the birth of an author. His films demonstrate a break with the standard codes of Italian comedies, but also the desire to stay in touch with their audiences in order to enlighten them. A potential new audience emerges: that of the antiestablishment youth. The similarity of ideals from one generation to the next creates a necessary new mode of communication which Scola uses to build a new usefulness for his work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (530 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 96/28
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Campus Lettres et Sciences Humaines. BUFR de Langues du Sud.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.