La logique économique des agricultures de plantation dans un petit Etat pétrolier, le Gabon : les cas du cacaoyer, de la canne à sucre, de l'hévéa et du palmier à huile

par Serge Maurice Pambou

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Michel Labonne.

Soutenue en 1996

à Montpellier 1 .


  • Résumé

    En se lancant dans le developpement de l'agriculture de plantation, au debut des annees soixante dix, les pouvoirs publics gabonais avaient deux objectifs : le premier consistait a pourvoir l'economie nationale en devises grace a l'insertion dans les echanges internationaux, tandis que le second concernait le developpement du milieu rural. La these que nous soutenons est que ces objectifs n'ont pas ete atteints pour deux raisons essentielles : - l'agriculture de plantation a ete developpee autour de projets capitalistiques qui tenaient compte des carences de l'agriculture traditionnelle. Mais surtout, il s'agissait de profiter de la hausse des cours des matieres premieres, et donc des revenus du petrole et des cours des produits agricoles. Toutefois, la diversification de l'appareil productif s'est averee un mauvais choix du fait du manque de competitivite des produits gabonais; - quant aux eventuels effets d'entrainement que l'agro-industrie aurait du avoir sur le developpement rural, ils n'ont servi qu'a developper le salariat agricole. Les blocs agro-industriels ont accentue la dualite de l'economie, tout en participant a l'accroissement de la dette du pays. L'accumulation du capital physique n'a pas ete accompagnee par celle du capital humain. Des lors, tres vite, s'est pose le probleme de l'efficacite des investissements. Le recours au pas n'a fait que mettre en exergue la necessite de recentrer le role de l'etat autour de ses fonctions traditionnelles : assurer la formation et l'entretien du capital humain, mettre en oeuvre un reseau de communication. . . Autant de facteurs accumulation du capital humain et du capital public - qui sont a meme de rendre efficaces les investissements du milieu des annees soixante dix.


  • Résumé

    When they decided to embark on the development of plantation agriculture in the early seventies, the gabonese authorities had two aims. The first one in providing the national economy with currency owing to its access to international trade. Whereas the second one had to do with the development of the rural areas. The thesis we support is that none of these aims was reached and this was for two reasons : - the plantation agriculture was developed around capital-intensive projects taking into account the shortcomings of the traditional agriculture. But above all it was a question of taking advantage of the rise in price of raw materials, and therefore of the revenue from oil, and of the price of agricultural produce. However, the diversification of the productive system proved to be a bad choice due to the lack of competitiveness of gabonese produce. - as for possible effects expected from the agro-industry on the rural development, they were only used for development of salaried employment in agriculture. The agro-industrials units emphasized the economy duality, participating at the same time in the increase in the country's debt. The physical capital accumulation was not accompanied with the human capital accumulation. From that moment, very quickly, the problem of investment efficiency was at stake. The resort to the s. A. P. Only pointed out the necessity of redefining the role of the government as regards its traditional functions, ie carrying out human capital training and support, implementing a network of communication so many factors - human and officials capital accumulation - that can make efficient the mid-seventies investments.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 254 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Droit, Science politique, Economique et Gestion.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Droit, Science politique, Economique et Gestion.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD MON.1996-18
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Droit, Science politique, Economique et Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LTH 96 PAM
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.