Approche sémio-linguistique de la notion de point de vue

par Alain Rabatel

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de André Petitjean.

Soutenue en 1996

à Metz .


  • Résumé

    La première partie est consacrée à l'examen épistémologique des approches critiques, narratologiques, sémio-linguistiques et herméneutiques qui, dans le domaine français, ont abordé les questions du point de vue (=PDV, ou encore focalisation narrative). Les conclusions de cette approche historico-critique invitent à reprendre la question, en donnant une définition contrainte du PDV, et en proposant des configurations de marques sémio-linguistiques du PDV. Tels sont les objectifs de la seconde partie, qui traite d'un corpus limité à l'expression du PDV dans les hétérodiégétiques. La première section est consacrée à l'étude de la structure de base du PDV, et à ses manifestations textuelles. Le PDV est défini comme l'expression d'une subjectivité coréférant à la troisième personne, indépendamment des paroles rapportées, au coeur des séquences narratives et descriptives. Les bases linguistiques de l'expression du PDV reposent dans l'expression des perceptions et/ou des pensées représentées associées à ces dernières, lorsque ces perceptions et/ou ces pensées sont thématisées, dans des seconds plans, le plus souvent avec des imparfaits anaphoriques méronomiques de visée sécante. Ces perceptions et pensées représentées sont sous la dépendance syntaxique d'un sujet et d'un procès de perception mentionnés dans les premiers plans, et/ou sous la seule dépendance sémantique d'un agent ou d'un procès que le texte ne mentionne pas explicitement, et que le lecteur reconstruit par inférence. En fonction de divers critères sémio-linguistiques, ces marques de thématisation du repéré peuvent coréférer soit au personnage saillant (= point de vue du personnage, PDV P), soit au narrateur (= PDV N). Ces deux sujets du PDV adoptent à l'égard des objets diégétiques des visions internes ou externes. Ainsi l'analyse prend ses distances avec la tripartition traditionnelle des focalisations, et rend compte de la "focalisation externe" en terme de vision externe d'un objet textuel focalisé par le P ou le N focalisateurs. La deuxième section analyse certaines caractéristiques essentielles de ces visions. Elles sont de nature et de profondeur de perspective variables. Les propositions en faveur d'une échelle de profondeur remettent en question le cadre psychologisant et ontologisant à partir duquel ont été traditionnellement véhiculées les notions d'omniscience du N, et de restriction de champ du P. La troisième section aborde des aspects relatifs à l'expression du PDV : expression plus ou moins subjectivante ou objectivante, plus ou moins dissonante ou consonante de PDV P et de PDV N; bornage intrinsèque ou extrinsèque, bornage initial ou final du PDV

  • Titre traduit

    Semio-linguistique approach of the notion of point of view


  • Résumé

    The first part is devoted to an epistemological study of critical, narratological, semio-linguistical and hermeneutical approaches which, in the french studies, have dealt with the question of the point of view (=POV, or narrative focalization). The conclusions of this historico-critical approach lead to a constrained definition of POV, and to configurations of semio-linguistical marquers of POV. These are the aims of the second part, which deals with a corpus limited to heterodiegetic narrations. The first section is devoted to a study of the basic structure of the POV and to its textual manifestations. The POV corresponds to the expression of a subjectivity corefering to the third person, independant of the reported speech, whithin narrative and descriptive sequences. The lingusitic bases of the POV are the represented perceptions and/or the represented thougts related to the former, when these perceptions and/or thougts are thematized in backgrounds, most of the time with "imparfait". These represented perceptions and thougts are under the syntactic dependance of a subject and a process of perception mentioned in foregrounds, and/or under the only semantic dependance of an agent or a process which is not explicity mentioned and which the reader infers. According to the various semio-linguistical criteria, these thematization markers may corefer either to the saillant character (=C's POV) or to the narrator (=N's POV). Both subjects of the POV adopt internal or external visions towards diegetic objects. Thus the analysis distanciates itself from the traditional three-way typology of focalizations and accounts for the "external focalization" in terms of external vision of a textual object focalized by C's POV or N's POV. The second section analyses some essential characteristics of these visions. They have a different nature, and a different depth of perspective. Propositions in favour of a scale of depth question the ontological and psychological analyses which were the bases of the narratorial omniscience, and the restricted perception of the character. The third section deals with some aspects concerning the expression of the POV :expression more or less subjective or objective, dissonant or consonant ; initial or final markers of the POV

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (597 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 581-597

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque du Saulcy.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.