L'art et le pouvoir : de l'annexion politique de l'art à la liberté créatrice de l'artiste dont l'architecte demeure l'archétype

par Roger Paillasson

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Bernard Deloche.

Soutenue en 1996

à Lyon 3 .


  • Résumé

    La thèse que nous soutenons sous le titre générique "L'art et le pouvoir" entend démontrer qu'en dépit des contraintes qui pèsent sur l'Art (et plus particulièrment sur l'architecture), l'artiste conserve une grande part de liberté créatrice et qu'alors l'art exprimé au travers de l'oeuvre possède un indéniable pouvoir socio-culturel. On peut dire de l'artiste qu'il est un "travailleur social". Il est loin de mener cette "existence paresseuse", selon le mot de Hegel. Et si l'ancienne hiérarchisation des arts majeurs et des arts mineurs n'a plus d'audience, c'est que l'art est une entité concrète, une réponse utile aux besoins environnementiels de l'homme. Quant au Pouvoir, il en est de lui comme de la liberté -qui n'est pas la somme, mais le produit de toutes les libertés- il est, en son sommet, quelquefois trop autoritaire, le résultat de la succession ou de la concomitance de nombreux sous-pouvoirs : politique, religieux, économique, administratif, financier, pédagogique, occulte. Et tous ces aspects du pouvoir sont à ce point -et trop souvent- imbriqués tout au long d'une chaine dont la seule solidarité s'appelle l'intérêt, et qu'ainsi, les contraintes qui pèsent sur l'artiste s'en trouvent multipliées et non additionnées. . .


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 363 f.
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.