Les valeurs de la flexibilite dans le calcul economique public. Investissement et choix de systemes techniques en transport collectif urbain

par Laurent Denant-Boemont

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Alain Bonnafous.

Soutenue en 1996

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Le principal modele d'evaluation des choix publics issu de la theorie de la decision, l'analyse couts-avantages, fait l'objet d'un rejet de la part des acteurs du transport collectif urbain, comme aide a la decision. Ce rejet est principalement du a la conception du risque de la theorie de la decision en incertitude, exogene et statique. Or, l'environnement des choix en transport collectif urbain est caracterise par la multiplicite des risques dynamiques (risque financier, technologique, et methodologique). Ceci conduit le decideur public a affronter une crise de la decision, liee aux difficultes eprouvees dans la perception des enjeux, et des effets du choix de systemes techniques, dans un environnement toujours plus complexe et mouvant. Une des solutions retenues pour sortir de cette crise, est la recherche de choix flexibles, c'est-a-dire de decisions qui restreignent le moins possible le champ des actions futures. Le calcul economique public est susceptible d'etre refondu, afin de considerer ces risques et ces comportements nouveaux: c'est la question de son aptitude a considerer l'apprentissage des acteurs, une fois la decision engagee, qui se pose. En premier lieu, cette refonte passe par un examen des voies possibles de valorisation des flexibilites dans l'analyse couts-avantages des choix collectifs en transport public. Notamment, l'irreversibilite dynamique doit etre concue comme un effet externe d'un genre nouveau, une externalite intertemporelle et intraindividuelle, mesuree par la valeur d'option sequentielle. Il devient necessaire de conduire un bilan des flexibilites. En second lieu, reformer le calcul economique public, c'est donner une nouvelle qualification a l'hypothese de rationalite collective. Cette nouvelle hypothese, c'est celle du comportement resolu pour le decideur public. On fait ainsi de cet outil une semantique des choix collectifs, permettant un deroulement efficace de la negociation entre les acteurs.


  • Résumé

    Cost-benefit analysis, as decision-making aid model, is rejected by partners in public transit choices. Mainly, this failure is due to the manner that decision theory is considering risk, which is wieved as exogeneous and static. The fact is that decision-makers, in the context of public transit choice, are facing numerous uncertainties (financial, technical and methodological one). Thus, public decision-maker is dealing with decision-making crisis, given the difficulty he has to assess impacts and stakes of investments, because of these hazards. One solution lies in the search in flexible choices, wich are avoiding too much restriction for possible decision-making in the future. Public cost-benefit analysis can be renewed by integrating these specific risks and new behaviours: the question deals with its ability to consider learning processes in decision-making. First, this re-building implies to evaluate the possible ways to measure flexibilities of choices. Especially, dynamic irreversibility is wieved as a new external effect, an intertemporal and intra-individual one. Its measure is sequential option value, ie the relative information value of choice. Second, this rebuilding implies to give a new description for public decision-making rationality. This new assumption is resolute behaviour. Public cost-benefit analysis becomes a semantic tool for collective choices, and enables an efficient negociation beetween partners in decision-making.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.