Le peuplement piscicole du bas-Rhône : occupation d'un espace fluvial aménagé et typologie des sites de nursery et de refuge

par Yann Nicolas

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Didier Pont.

Soutenue en 1996

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Didier Pont.


  • Résumé

    Le secteur arlesien du bas-rhone, situe en aval du dernier barrage hydroelectrique, a ete amenage des la fin du xix#e siecle: les rives ont ete enrochees et des digues submersibles ont ete erigees dans le chenal principal. Ces digues longitudinales et transversales delimitent des caissons plus ou moins connectes avec le chenal selon le debit. Nous montrons que le chenal, 10 caissons et 2 bras morts s'organisent sur un gradient transversal comme dans une plaine alluviale naturelle. Des sites lotiques, semi-lotiques et lentiques se distinguent alors selon leur fonctionnement hydro-sedimentaire. Une typologie faunistique de ces milieux, basee sur les juveniles de poisson, est aussi mise en evidence. Le peuplement en juveniles des stations lentiques est domine par lepomis gibbosus et d'autres especes introduites, alors que celui des stations lotiques est compose d'especes rheophiles et de blicca bjoerkna. Le peuplement des sites semi-lotiques est le plus riche, aussi bien en especes rheophiles que limnophiles, car ces milieux presentent une importante diversite d'habitat. Le recrutement y est cependant variable du fait de l'instabilite hydrologique de ces milieux. Le debit au printemps et la temperature semblent etre les facteurs controlant le recrutement sauf pour certaines especes rheophiles lithophiles qui ne sont pas sensibles aux variations annuelles de ces facteurs. En definitive, les caissons semi-lotiques sont les meilleures nurseries alors que les sites lentiques servent de refuge lors des crues. Il existe des disparites dans l'exploitation de la plaine alluviale selon les especes et la dynamique des deplacements transversaux est differente. Ces deplacements semblent correspondre a une recherche de nourriture et d'une zone refuge pour les juveniles lorsque le debit augmente. Les facteurs influencant les deplacements sont la hauteur d'eau, la temperature et la conductivite. En ete, des differences nycthemerales sont notees selon les especes, alors qu'en automne cette rhytmicite circadienne est perdue


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (137 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 121-136

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.