Etude de l'épidémiologie du virus de l'immunodéficience féline dans les populations de chats domestiques (Felis catus)

par Franck Courchamp

Thèse de doctorat en Sciences. Biométrie

Sous la direction de Dominique Pontier.

Soutenue en 1996

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Dominique Pontier.


  • Résumé

    Le virus de l'immunodeficience feline (vif) est un lentivirus induisant une immunosuppression letale chez le chat domestique (felis catus). Le mode de transmission du vif le plus probable est la morsure, infligee lors de combats. La dynamique du vif au sein de populations de chats est etudiee par un modele mathematique deterministe. Ce modele montre que lorsque le virus est introduit dans une population, il s'y developpe et s'y maintient toujours. L'infection ne mene ni a l'extinction des individus sensibles, ni a celle de la population totale, mais a un etat d'equilibre stable des effectifs d'individus sensibles et infectes. Les proportions des effectifs d'individus des differentes classes pathologiques dependent des parametres specifiques de la population considerees. Le modele montre egalement que lorsque la population atteint l'equilibre, la reduction de son effectif est faible. Enfin, le taux de transmission, estime a partir du modele, est toujours faible, et differe selon les caracteristiques de la population consideree. La modelisation simultanee de la dynamique du vif et de celle du virus de la leucose feline montre que deux situations sont possibles: la persistance des deux maladies dans la population, ou celle du vif seul. Ces deux situations se font egalement sous la forme d'equilibres stables. L'etude epidemiologique de quatre populations naturelles de chats domestiques vivant dans des environnements contrastes a egalement ete entreprise. Il s'agit de trois populations rurales comprenant approximativement 60, 250 et 300 chats etudiees pendant une periode de quatre ans, et d'une population urbaine de 35 a 75 chats, etudiee pendant trois ans. Des echantillons sanguins ont ete preleves sur des chats captures au moins une fois par an dans chaque population. Des analyses statistiques ont ete menees sur ces resultats serologiques afin d'etudier la dynamique et la circulation de l'infection par le vif dans ces populations (chi-deux et test de tendance, test t, tests non parametriques, analyse multiple des correspondances, regressions logistiques,. . . ). Ces etudes nous ont permis de valider les resultats theoriques obtenus grace au modele mathematique, et montrent que le vif est toujours present dans les quatre populations, avec des taux de prevalence stables, de l'ordre de 10%. Les principaux facteurs de risque sont le sexe, le poids, l'age, les habitudes de vagabondage et le rang hierarchique: les males adultes vagabonds les plus lourds et de rang hierarchique eleve sont les plus a meme d'etre infectes. Ceci est principalement du au mode d'infection par morsure du virus. De ce fait, la probabilite d'infection des individus depend de leur probabilite de mener des combats, et donc de leur statut social. Pour les memes raisons, le taux de prevalence depend des caracteristiques sociales de la population. Le modele mathematique et les resultats des etudes epidemiologiques, en plus des donnees de la litterature, montrent qu'actuellement le vif a un impact faible sur les populations de chats domestiques


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 228-263

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.